Cette fois, c’est vraiment fini pour Blanchâtel

La blanchisserie industrielle de La Chaux-de-Fonds va fermer définitivement ses portes. Les ...
Cette fois, c’est vraiment fini pour Blanchâtel

La blanchisserie industrielle de La Chaux-de-Fonds va fermer définitivement ses portes. Les 65 employés ont reçu leur lettre de licenciement fin mars

Les employés de la blanchisserie industrielle chaux-de-fonnière Blanchâtel  ont reçu leur lettre  de licenciement fin mars. Les employés de la blanchisserie industrielle chaux-de-fonnière Blanchâtel  ont reçu leur lettre  de licenciement fin mars.

C’est définitif! Blanchâtel ferme ses portes. Les 65 employés de la blanchisserie industrielle de La Chaux-de-Fonds, propriété de l’entreprise Elis Suisse, ont reçu leur lettre de licenciement fin mars. Mais Blanchâtel est fermé depuis fin février-début mars. Les employés ont été libérés de leur obligation à ce moment-là. Un plan social est actuellement en discussion avec le syndicat Unia. Selon lui, le plan proposé n’est pas une Rolls Royce mais pas une Deux-chevaux non plus. Il refuse en revanche d'en dire davantage tant que l’accord n’est pas entériné. Un accord qui a pris du retard en raison de la crise liée au coronavirus. Le syndicat espère qu’il sera finalisé la semaine prochaine.

Blanchâtel occupait à fin octobre de l’année passée une soixantaine de collaborateurs, dont certains au bénéfice d'un contrat à durée déterminée qui n'a pas été reconduit. Quarante-quatre personnes étaient au bénéfice d’un CDI. Une solution a été trouvée pour neuf d’entre elles. Deux ont retrouvé du travail par leurs propres moyens, les sept autres ont été replacés par Elis Suisse en France, dans le canton de Berne et à Nyon, selon le syndicat Unia. 


Les problèmes ont commencé en 2014

Les ennuis pour Blanchâtel ont commencé en 2014. L’entreprise a perdu ses plus gros clients, à savoir, l’Hôpital neuchâtelois et l’Association neuchâteloise des établissements et maisons pour personnes âgées. Elle n'a jamais vraiment pu redresser la barre. À la fin de l’année passée, Elis Suisse a lancé une période de consultation. Dans la foulée, le syndicat Unia a demandé l’organisation d’une rencontre avec les autorités neuchâteloises et les différentes directions de l’entreprise. Le délai de consultation a alors été prolongé dans l’espoir de trouver une solution. L’espoir résidait dans le fait que RHNe attribue à nouveau un mandat à Blanchâtel. Ce qui ne s'est pas fait.

Contacté, Jean-Nath Karakash, conseiller d’Etat neuchâtelois en charge de l’économie, confirme la fermeture de la blanchisserie et ajoute n’avoir pas d’autres commentaires à apporter. Il nous renvoie vers la société Elis Suisse. Ce que nous avons fait sans réussir à joindre les dirigeants qui sont en conférence ce jeudi matin. On nous a invités à rappeler dans l'après-midi. /sma


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus