La dernière note d’Antoine Flück

La musique folklorique jurassienne perd son fer de lance avec le décès d’Antoine Flück mercredi ...
La dernière note d’Antoine Flück

La musique folklorique jurassienne perd son fer de lance avec le décès d’Antoine Flück, chantre de la schwytzoise durant plus de trente ans

Antoine Flück (à droite) et ses amis ont ravi, notamment, des milliers de Jurassiens à travers les décennies. Antoine Flück (à droite) et ses amis ont ravi, notamment, des milliers de Jurassiens à travers les décennies.

La musique champêtre dans le Jura, c’était lui. Antoine Flück n’est plus. Le Franc-Montagnard est décédé mercredi à l’âge de 68 ans. « Je suis né au Peu-Péquignot et j’y mourrai », avait déclaré Antoine Flück sur RFJ lors de l’une des nombreuses interviews accordées à notre radio. Cet agriculteur de formation a tenu avec son épouse Eliane le restaurant du Relais du Peupé durant plus de trente ans. Il y faisait salle comble tous les dimanches avec son orchestre de musique populaire. Antoine Flück et ses amis ont transporté leur musique à travers le monde, visitant une cinquantaine de pays et animant de nombreuses croisières. « La musique m’a tout apporté. Elle m’a ouvert des portes, m’a amené énormément d’amis ». Le Quiquet – son surnom inspiré d’une célèbre bande dessinée – jouait de l’accordéon à l’oreille et affirmait sans gêne dans son légendaire franc-parler : « Je ne sais pas les notes, je joue, c’est tout ! ». Ce passionné de sport automobile savait si bien pianoter sur son accordéon qu’il avait poursuivi sa carrière quelques temps après un accident agricole qui l’avait amputé de l’annulaire de la main droite. Antoine Flück avait remis son restaurant en 2015, alors qu’il était déjà amoindri par un cancer. Et lorsqu’on lui demandait de résumer sa carrière, sa vie, il aimait répondre : « Je me suis fait plaisir en faisant plaisir aux gens ». /clo+lbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus