Supporters genevois devant la justice neuchâteloise

Le Tribunal de police à Boudry se penchait vendredi matin sur le cas de cinq supporters du ...
Supporters genevois devant la justice neuchâteloise

Le Tribunal de police à Boudry se penchait vendredi matin sur le cas de cinq supporters du FC Servette accusés de troubles après un match contre Neuchâtel Xamax FCS

Cette image avait été diffusée peu après les faits par la Police neuchâteloise. Cette image avait été diffusée peu après les faits par la Police neuchâteloise.

Deux versions diamétralement opposées se sont affrontées vendredi matin devant le Tribunal de police à Boudry. Cinq supporters du FC Servette étaient appelés à comparaître pour des faits survenus à l’issue d’un match contre Neuchâtel Xamax FCS le 20 septembre 2017 à La Maladière. Pour le Ministère public, les cinq personnes (quatre hommes et une femme âgés entre 28 et 39 ans) sont coupables de s’être dissimulés le visage, d’avoir pris part à un attroupement, d’avoir jeté divers projectiles sur la police et de ne pas avoir suivi les injonctions des forces de l’ordre qui leur demandaient de regagner leur car et de ne pas sortir de la Fence Box, la sortie du secteur visiteurs. Par ordonnance pénale, la procureure les condamne à des jours-amendes avec sursis, accompagnés d’amendes allant de 900 à 2'600 francs.


Les supporters contestent l'ensemble des accusations

Vendredi matin, les cinq supporters ont catégoriquement nié l’ensemble des faits qui leur sont reprochés. Leurs avocats ont argumenté qu’il n’était pas possible d’identifier leurs clients sur la base des photos et vidéos prises par la police des personnes cagoulées qui ont formé l’attroupement d’où sont partis les projectiles. Dans leur ligne de défense, ils ont indiqué que la plupart des supporters étaient habillés de manière similaire, rendant difficile une identification.

Les avocats ont évoqué un dossier de police bâclé, accusant les forces de l’ordre genevoises notamment, d’avoir négligé un témoin à décharge qui s’était mis à disposition des policiers. Ils ont aussi brandi un E-mail de la Police neuchâteloise à leurs confrères genevois indiquant que les photos pourraient ne pas tenir devant un tribunal. Les cinq accusés ont assuré qu’ils ne faisaient pas partie de l’attroupement et qu’ils étaient près ou à l’intérieur du car des supporters au moment où les événements ont dégénéré. L’un d’eux aurait même tenté de calmer le jeu, selon plusieurs témoignages. Les avocats demandent donc l’acquittement des cinq supporters et leur indemnisation pour toute cette procédure. Le jugement devrait être rendu d’ici la fin du mois. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus