Bandy en folie aux Ponts-de-Martel

Les équipes nationales helvétiques de bandy se sont entraînées ce week-end aux Ponts-de-Martel ...
Bandy en folie aux Ponts-de-Martel

Les équipes nationales helvétiques de bandy se sont entraînées ce week-end aux Ponts-de-Martel. Il s’agit des derniers galops avant les Championnats du monde qui se tiennent en février à Oslo et Irkutsk

L'équipe nationale de bandy s'est préparée aux Championnats du monde tout le week-end aux Ponts-de-Martel. L'équipe nationale de bandy s'est préparée aux Championnats du monde tout le week-end aux Ponts-de-Martel.

Quand le hockey rencontre le football. Ce week-end aux Ponts-de-Martel se tenait un camp d’entraînement de l’équipe de Suisse de bandy avant les Championnats du monde. Si la compétition féminine a lieu dans un mois en Norvège, à Oslo – du 19 au 22 février, l’équipe masculine se rendra en Russie, à Irkutsk du 29 février au 7 mars pour y affronter les meilleures nations de la planète.


Du hockey sur un très grand terrain

Mais le bandy, c’est quoi ? Il s’agit d’un sport ancestral qui mêle hockey sur glace et ballon rond. Deux équipes de 10 joueurs et un gardien s’affrontent sur une glace de la taille d’un terrain de football pendant 2x45 minutes. Munis de cannes et de patins, ils doivent marquer dans un grand but avec une balle ronde de la taille d’une orange. L’équipe qui marque plus de buts que son adversaire remporte la partie. Si le sport paraît simple au premier abord, il nécessite une sacrée endurance selon entraîneurs et joueurs. Si les charges sont interdites, il faut énormément de condition physique pour patiner durant toute la rencontre.

Le président de la fédération suisse Gabriel Uelliger et la joueuse de l’équipe nationale, Chanel Guilomen :

Les joueurs de bandy sont 11 par équipes à évoluer sur la glace. Les joueurs de bandy sont 11 par équipes à évoluer sur la glace.

Infrastructure inexistantes en Suisse

En Suisse, l’équipe nationale est presque essentiellement composée de joueurs issus du club de Val-de-Travers. En effet, il s’agit de la seule équipe recensée dans le pays. Il est donc difficile de s’entraîner et de trouver des adversaires. Toutefois, selon les responsables, le niveau de jeu s’est considérablement développé depuis la création de l’équipe en 2018. Autre problème, il faut aussi jongler avec les surfaces de jeu, car aucune patinoire helvétique ne possède la grandeur requise pour pratiquer le bandy. Néanmoins, l’équipe de Suisse a profité de la taille standard de la patinoire du Bugnon pour parfaire sa condition et sa technique samedi et dimanche aux Ponts-de-Martel. Les objectifs sont en tout cas avoués pour les Mondiaux. Il faut faire mieux que la dernière fois où les équipes avaient fini avant-dernières.


Le bandy aux JOJ

La Fédération suisse de bandy, nouvellement créée va aussi faire sa publicité durant le mois de janvier. En collaboration avec la Fédération internationale et la Ville de Lausanne, elle va organiser deux journées découvertes et un match exhibition lors des Jeux olympiques de la Jeunesse vendredi et samedi prochain. /jha


Actualisé le