Panneaux solaires : pas tous égaux devant les impôts

Un locataire qui achète des panneaux solaire ne peut pas déduire ce coût des impôts, au contraire ...
Panneaux solaires : pas tous égaux devant les impôts

Un locataire qui achète des panneaux solaire ne peut pas déduire ce coût des impôts, au contraire des propriétaires. Le groupe socialiste de Cressier demande plus d’égalité

Un
locataire qui achète des panneaux solaires ne peut bénéficier de rréductions fiscales (Photo: archives). Un locataire qui achète des panneaux solaires ne peut bénéficier de rréductions fiscales (Photo: archives).

« Tous les panneaux solaires doivent être déductibles des impôts ». C’est ce que souhaite le groupe socialiste de Cressier. Il prépare une initiative communale, dans l’objectif de modifier la loi en vigueur dans le canton.

Le parti relève que les lois cantonales ne sont pas équitables entre les propriétaires et les locataires. Concrètement, une personne qui possède une surface adéquate peut y installer des panneaux solaires et en déduire le coût dans sa déclaration d’impôts.

En revanche, celui qui achète des panneaux solaires sur un toit qui ne lui appartient pas ne pourra bénéficier d’aucune déduction. Les explications de Daniel Veuve, président de la section socialiste de Cressier:

Au mois de septembre, la commune de Cressier a lancé le projet « Cressier Solar ». Des panneaux solaires ont été installés sur le toit de salle de gymnastique. Les citoyens ont alors été invités à participer au projet en achetant une souscription de parts. Mais ils n’ont pas pu déduire un centime de leur déclaration d’impôts. Contacté, le Service de l’environnement du Canton de Neuchâtel indique qu’il s’agit, à sa connaissance, du premier cas de ce type. De son côté Daniel Veuve assure qu’une réglementation plus équitable encouragerait justement plus de locataires à investir dans des énergies vertes.

Des inégalités visibles à Cressier

Avant d’espérer une mise en œuvre, le groupe socialiste de Cressier doit encore soumettre son initiative au prochain Conseil général de la commune. Si elle est acceptée, elle passera ensuite devant le Grand Conseil neuchâtelois pour une éventuelle application à l’échelle cantonale, voir même fédérale. /ara


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus