La Chaux-de-Fonds: trentenaire jugé pour avoir tué sa mère

L’homme a tué sa mère de 56 coups de couteau en octobre 2017. L’audience devrait durer trois ...
La Chaux-de-Fonds: trentenaire jugé pour avoir tué sa mère

L’homme a tué sa mère de 56 coups de couteau en octobre 2017. L’audience devrait durer trois jours

L'audience se tient au Tribunal criminel des Montagnes et du Val-de-Ruz à La Chaux-de-Fonds. L'audience se tient au Tribunal criminel des Montagnes et du Val-de-Ruz à La Chaux-de-Fonds.

Un trentenaire, qui a tué sa mère de 56 coups de couteau et qui a tenté de le faire pour son beau-père, est jugé depuis mardi et jusqu'à jeudi par le Tribunal criminel des Montagnes et du Val-de-Ruz. Le rôle de sa complice sera aussi au cœur du procès.

Le prévenu est accusé d'assassinat, subsidiairement de meurtre. Sa compagne au moment des faits doit répondre d'actes de participation - dont éventuellement l'instigation - à assassinat (ou à un meurtre) et de tentative de meurtre. Le couple sera aussi jugé pour les actes de violence qu'ils ont commis au Locle et à La Chaux-de-Fonds.

Lors de l'audience préliminaire à fin octobre, les avocats de la femme de 32 ans ont contesté la préméditation. Ils ont aussi regretté que l'expertise psychologique effectuée sur leur cliente n'ait été conduite que par un seul expert. La prévenue aurait été battue régulièrement par l'accusé entre juillet et septembre 2017 et menacée de mort.


« Absence de scrupules »

Le 15 octobre 2017, l'accusé, accompagné de sa complice, a tué sa mère dans un appartement de La Chaux-de-Fonds "en se déchaînant avec violence sur le corps de sa mère au sol", selon l'acte d'accusation. Le prévenu a aussi tenté de le faire pour son beau-père, qui a reçu 13 coups de couteau. Ce dernier n'est pas décédé car il a réussi à prendre la fuite et à se réfugier chez un voisin.

Le Ministère public relève que l'accusé a « agi avec une absence particulière de scrupules, tant en raison de son mobile, de son but, que de sa façon de procéder. Il reprochait à sa mère et à son époux de tenter de l'éloigner de son propre fils pour se l'approprier ».

L'ex-épouse de l'accusé, et mère de son jeune enfant, est aussi partie plaignante de ce procès. Elle se faisait battre régulièrement, dont une fois dans un bus où elle s'était réfugiée et où elle n'a dû son salut qu'à l'intervention de passagers.

La police a interpellé le meurtrier le soir du drame, avant même qu'il ait pu rejoindre le centre-ville. Domicilié au Locle au moment des faits, il est détenu à la prison de Gorgier.

Sa complice, qui s'est rendue d'elle-même à la police le soir du drame et qui faisait alors ménage commun avec l'accusé, est désormais domiciliée à Genève. Elle a été libérée provisoirement le 2 décembre 2018.

RTN suit cette audience et vous tiendra informés de son développement. /ats-mwi


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus