Les braqueurs de la station-service de Couvet écopent de 21 et 24 mois de prison

Deux hommes de la région ont été reconnus coupables de brigandage mardi au Tribunal régional ...
Les braqueurs de la station-service de Couvet écopent de 21 et 24 mois de prison

Deux hommes de la région ont été reconnus coupables de brigandage mardi au Tribunal régional du Littoral et du Val-de-Travers à Neuchâtel

Des multirécidivistes face à la justice neuchâteloise. Les deux hommes qui ont notamment braqué la station-service de Couvet le 12 septembre 2018 resteront à l’ombre. Ils ont été condamnés mardi à des peines de prison ferme de 21 et 24 mois par le Tribunal régional du Littoral et du Val-de-Travers à Neuchâtel. Les deux individus ont été reconnus coupables, entre autres, de brigandage, vols en bande - et par métier pour l’un des deux -, mais aussi de tentatives de vol ou encore de dommages à la propriété.


Déjà condamnés à plusieurs reprises

Les deux accusés, domiciliés dans le canton, ont commis leurs délits entre mars et septembre de l'an dernier. Ils ont cambriolé ou tenté de cambrioler plusieurs commerces, associations et institutions principalement dans différents villages de la commune de Val-de-Travers, avec comme épilogue le brigandage d'une station-service à Couvet. Ce soir du 12 septembre 2018, l'un des individus attendait dans une voiture, alors que l'autre, muni d'un taser, déguisé avec une perruque et un faux tatouage, a pénétré dans l’établissement dans le but de voler le contenu du coffre, situé à l’arrière des locaux, estimé à 60'000 francs par les auteurs. Le projet initial a été abandonné en raison de la présence d’une cliente dans le magasin. Le braqueur a alors menacé l’employé et dérobé le contenu de la caisse où se trouvaient plus de 2’500 francs. Face aux juges, les deux hommes ont globalement admis les faits. Une frénésie qui, au final, ne leur a pas rapporté grand-chose.

Reste que les accusés, cambrioleurs actifs, ont déjà été condamnés à plusieurs reprises. L’un d’entre eux a d’ailleurs déjà passé six ans en prison. Dans son réquisitoire, la Procureure a évoqué l’imperméabilité des prévenus par rapport aux sanctions et à l’exécution de leur peine. Elle a réclamé quatre ans et deux mois de peine privative de liberté pour l’un et trois ans et huit mois de prison pour l’autre. Les Juges ont finalement tranché pour 24 et 21 mois de prison auxquels s’ajoutent des peines complémentaires de précédentes condamnations. /jpp

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus