Un îlot trop vert ?

La couleur de l’îlot vert soulève des interrogations à La Chaux-de-Fonds. Le bâtiment qui remplace ...
Un îlot trop vert ?

La couleur de l’îlot vert soulève des interrogations à La Chaux-de-Fonds. Le bâtiment qui remplace l’ex-Coop city contraste singulièrement au milieu du périmètre UNESCO

Le bâtiment qui sera inauguré dans deux semaines se trouve dans le périmètre UNESCO. Le bâtiment qui sera inauguré dans deux semaines se trouve dans le périmètre UNESCO.

L’îlot vert s’est débarrassé de ses échafaudages, ces derniers jours à La Chaux-de-Fonds. Le bâtiment qui remplace l’ex-Coop city est presque achevé et sera inauguré dans deux semaines. La population peut donc désormais admirer l'édifice qui se situe au milieu du périmètre UNESCO. Alors qu’il abritera des bureaux, une grande surface ainsi que des appartements, ce dernier est facilement repérable avec un coloris très original.

Vert pétant

Est-ce-que cet îlot vert est trop vert ? C’est la question que peuvent se poser les Chaux-de-Fonniers, tant le coloris choisi pour ce nouveau bâtiment est contemporain. Tirant sur le vert pomme pétant, il ne partage pas les caractéristiques des maisons voisines. L'immeuble se détache singulièrement de l’architecture de cette partie de la ville et sa couleur tranche considérablement avec l’unité du périmètre UNESCO.

Contactée, la Ville de La Chaux-de-Fonds avoue que la couleur verte qui avait été soumise par les promoteurs n’est pas exactement la même, mais selon le chef de l’urbanisme Théo Huguenin-Elie : « il s’agit d’un coloris très à la mode, qui s’inscrit dans l’air du temps ». Il rajoute qu’il n’y avait aucune raison d’entrer en opposition avec ce choix et que cette teinte ne pose pas de problèmes vis-à-vis de l’inscription de la ville au patrimoine de l’UNESCO.

Pas d'interdiction

Quand bien même, la Commune précise qu’elle n’a aucun moyen d’interdire les couleurs sur les bâtiments non protégés. Elle peut donner son avis, mais le fin mot de l’histoire revient au propriétaire ou en ce cas, au promoteur. Théo Huguenin-Elie ajoute encore que : « la Ville cherche toujours la plus grande harmonie et si l’architecture reste, la couleur passe ». Pour l’Office fédéral de la culture dont dépend l’inscription à l’UNESCO et le respect des règles, le choix du coloris est du ressort du Canton ou de la Ville. Contacté, l’Office cantonal du patrimoine et de l'archéologie n’a pas encore pris connaissance du dossier.

Un parti pris

De son côté, l’architecte, Julien Dubois, assure que la couleur qui avait été soumise à la Commune est la même que celle qui orne désormais les façades de l’édifice. D’ailleurs, les plans du bâtiment, qui comprennent le coloris, ont dû être modifiés plusieurs fois en fonction des décisions de la commission d’urbanisme.

En ce qui concerne l’aspect visuel et l’intégration dans le paysage, il s’agit d’un parti pris du client qui : « voulait quelque chose de gai ». Julien Dubois ajoute aussi que le bâtiment est neuf et que la couleur va se patiner avec le temps pour perdre de son éclat. Selon lui, il ne fait aucun doute que l’îlot vert s’intégrera dans le quotidien des Chaux-de-Fonniers. L’architecte avance encore que le coloris vert est surtout visible depuis le ciel alors que les piétons pourront voir une dominance de blanc.

L’îlot vert sera inauguré dans deux semaines. /jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus