Élections fédérales : la parole aux sortants

Ils sont quatre Neuchâtelois à quitter la Coupole cet automne : ils partagent leur regard sur ...
Élections fédérales : la parole aux sortants

Ils sont quatre Neuchâtelois à quitter la Coupole cet automne : ils partagent leur regard sur la politique fédérale

Quatre élus neuchâtelois sur six ont choisi de quitter le Palais fédéral cette année. Quatre élus neuchâtelois sur six ont choisi de quitter le Palais fédéral cette année.

Quatre des six élus neuchâtelois à Berne ne se représentent pas le 20 octobre : Didier Berberat, Raphaël Comte, Jacques-André Maire et Raymond Clottu. Nous leur avons tendu notre micro.


Didier Berberat

Le socialiste Didier Berberat, 62 ans, quitte le parlement après 24 ans : 14 au Conseil national de 1995 à 2009, puis 10 au Conseil des Etats.

Didier Berberat s’en va avec le sentiment du devoir accompli, surtout après que les Chambres fédérales ont ratifié les crédits de construction d’une nouvelle ligne ferroviaire souterraine entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds et les contournements autoroutiers du Locle et de La Chaux-de-Fonds. Quel sentiment habite un élu en poste depuis 24 ans au moment de s’en aller ?

Entretien avec Didier Berberat

Raphaël Comte

Alors que certains parlementaires s’agrippent à leurs sièges, comme l’UDC argovien Maximilian Reimann, 77 ans, élu depuis 32 ans, mis à l’écart par son parti, mais qui brigue un nouveau mandat sur une liste de seniors, d’autres passent le témoin alors qu’ils n’ont pas 40 ans. C’est le cas du conseiller aux Etats PLR neuchâtelois Raphaël Comte.

Après dix ans de parlement fédéral, il juge, à 39 ans, qu’il a fait son temps. Raphaël Comte a notamment présidé la Chambre des cantons en 2016. Après avoir été un professionnel de la politique depuis près de 20 ans, Raphaël Comte en aurait-il assez ?

Entretien avec Raphaël Comte

Jacques-André Maire

Certains quittent le Parlement sur des succès, comme Jacques-André Maire. Le socialiste partira de Berne avec la satisfaction d’avoir fait avancer le dossier des infrastructures ferroviaires et routières dans son canton. En juin, les Chambres ont adopté un paquet comprenant la ligne directe Neuchâtel-La Chaux-de-Fonds et un autre incluant les contournements routiers du Locle et de La Chaux-de-Fonds. Après dix ans de Conseil national, Jacques-André Maire peut donc partir serein. Serait-il resté s’il ne l’avait pas emporté dans ces deux dossiers ?

Entretien avec Jacques-André Maire

Le conseiller national indépendant Raymond Clottu n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Un dossier réalisé par nos correspondants à Berne, Serge Jubin et Jérôme Favre. /mwi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus