L’évacuation des débris continue sur fond de solidarité à Val-de-Ruz

La vie reprend peu à peu son cours dans les deux villages touchés par les intempéries vendredi ...
L’évacuation des débris continue sur fond de solidarité à Val-de-Ruz

La vie reprend peu à peu son cours dans les deux villages touchés par les intempéries vendredi soir. L’heure est à l’évaluation des dégâts tandis que de nombreux bâtiments sont toujours privés de chauffage et d’électricité

Des tas d'objets détruits par l'inondation s'amoncelaient devant les maisons lundi à Dombresson. Des tas d'objets détruits par l'inondation s'amoncelaient devant les maisons lundi à Dombresson.

Dombresson et Villiers pansent leurs plaies. Près de trois jours après le déluge, les deux villages, leurs habitants, mais aussi la protection civile et les autorités continuent le déblaiement et le nettoyage des différentes rues et habitations. Une mobilisation qui est saluée ce lundi par le Conseil d’Etat neuchâtelois par voie de communiqué. Le Gouvernement exprime également sa « sympathie envers les personnes éprouvées par la catastrophe » et transmet ses pensées à la famille de la victime des intempéries.


La vie reprend gentiment son cours


À Dombresson ce lundi matin, les commerces et les restaurants ou encore le collège étaient en grande partie ouverts. Au cœur de la vie villageoise, la solidarité restait grande. Un lieu d’échange de services a été mis en place dans le hall d’accueil de la salle de spectacles, là où la Commune servait également des repas chauds aux personnes qui ont été contraintes de quitter leur domicile. Plus loin sur la Grand'Rue, un restaurateur accueillait également tous les habitants des villages touchés pour un repas chaud.

Si l’axe principal ne laissait presque plus transparaître des événements du week-end, la situation restait ce lundi toujours compliquée dans les rues situées plus proches du Ruz Chasseran, le cours d’eau qui a débordé. Devant chaque maison, des tas d’effets personnels y étaient déposés en vrac, tandis que des camions-bennes remplis de meubles et autres déchets s’en allaient directement à la déchetterie. Chez les habitants, on tentait également de sauver ce qui pouvait l’être en faisant sécher certaines affaires sous le soleil de la canicule.

Sur un plan plus administratif, les expertises des assureurs ont commencé chez les locataires ou propriétaires, et même sur le parking d'Evologia à Cernier où les voitures frappées par la catastrophe ont été regroupées pour être examinées par les assurances. Dans une première évaluation publiée lundi, l’Etablissement cantonal d’assurance et de prévention estime le montant des dégâts causés aux bâtiments uniquement à près de 10 millions de francs. /lre

 

Le parking d'Evologia à Cernier est temporairement transformé en cimetière à voitures, pour les besoins des constats d'assurance. Le parking d'Evologia à Cernier est temporairement transformé en cimetière à voitures, pour les besoins des constats d'assurance.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus