Chef·fes de service : où sont les femmes ?

Seuls trois des trente-cinq postes de chefs de service de l’Etat de Neuchâtel sont occupés ...
Chef·fes de service : où sont les femmes ?

Seuls trois des trente-cinq postes de chefs de service de l’Etat de Neuchâtel sont occupés par des femmes. Une situation qui peine à s’améliorer

Image d'illustration Image d'illustration

Si l’administration cantonale neuchâteloise applique l’égalité des salaires, les statistiques des postes à responsabilité sont moins brillantes. Les cheffes de service ne sont que trois sur trente-cinq, soit 9% à peine. C’est un peu mieux pour ce qui est des cheffes d’office et des cheffes-adjointes : 26 femmes pour 83 postes, soit 32%.

L’Etat de Neuchâtel est conscient de ce déséquilibre. Il a pour politique de favoriser les candidatures féminines à compétences égales, mais les femmes sont moins nombreuses à postuler pour les postes à responsabilités. « À titre d’exemple, nous avons reçu 112 dossiers pour pourvoir la fonction de chef du service des sports, dont seulement treize postulations féminines, » indique Alain Ribaux, conseiller d’Etat en charges des Ressources humaines.


Responsables à 80%

Le canton ne reste pas les bras croisés. Plusieurs mesures ont été prises. Il est ainsi possible d’occuper un poste à responsabilités en travaillant à temps partiel, jusqu’à 80%. De plus, des structures d’accueil sont à disposition à Neuchâtel et à La Chaux-de-Fonds. Des options qui sont à disposition des femmes comme des hommes, comme l’explique Thierry Gonzàlez, chef du Service des Ressources humaines.

Peu de directrices d’école

Dans les écoles, les femmes sont également en retrait. Au secondaire 2, seuls trois postes de directeur sur quatorze sont occupés par des femmes (21%). Les directrices adjointes sont au nombre de 10 sur 25, soit 40%. Là aussi, l’évolution prend du temps. Une fois les personnes nommées, il faut généralement attendre un départ à la retraite pour avoir du changement.

L’évolution du nombre d’adjointes-cheffes permet d’être optimiste l’avenir. L’Etat de Neuchâtel espère bien que les adjointes d’aujourd’hui seront les cheffes de demain.

Les chiffres dans le détail


Cheffes de service

3 sur 35 (9%)


Cheffes d’office et cheffes de service adjointes

26 sur 83 (32%)


Femmes « cadres » (notion imprécise et non codifiée à l’Etat)

Classes 10 à 16 (encadrement et spécialistes) 175 sur 527 (33%)


Directrices d’école dans les écoles du secondaire 2

3 sur 14 (21%)


Directrices adjointes dans les écoles du secondaire 2

10 sur 25 (40%)


(Etat au 14 juin 2019) /mwi


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus