Elles sont prêtes à lever le poing

La grève des femmes se tient dans trois jours. Dès 11h, le mouvement sera lancé partout dans ...
Elles sont prêtes à lever le poing

La grève des femmes se tient dans trois jours. Dès 11 heures, le mouvement sera lancé partout dans le canton de Neuchâtel et en Suisse

 Les Neuchâteloises vont déferler dans les rues ce vendredi. (Photo: illustration). Les Neuchâteloises vont déferler dans les rues ce vendredi. (Photo: illustration).

Le stress commence à poindre le bout de son nez pour le collectif neuchâtelois de la grève des femmes. Alors que la mobilisation est plus grande qu’espérée, la manifestation se tiendra ce vendredi 14 juin. Durant cette journée, les femmes arrêteront de travailler pour lutter notamment contre les inégalités salariales, le sexisme, les violences domestiques et le harcèlement de rue. Selon le collectif, alors que le principe d’égalité est inscrit dans la Constitution depuis 1981, ce dernier n’est toujours pas appliqué.

Durant cette journée, la grève des femmes ne sera pas centralisée, mais se passera partout en Suisse et dans le canton. À Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds, au Locle et à Fleurier notamment, les femmes arrêteront de travailler à 11h pour faire un rassemblement « éclair et bruyant ». Prévue sur les lieux de travail, devant les bureaux ou dans la rue, cette manifestation marquera le début officiel de la grève. Ensuite, des activités sont organisées partout dans le canton jusqu’au soir.

Pour soutenir le mouvement, toute action sera importante, de la plus petite à la plus médiatique. Porter du violet, un badge ou suspendre un seau et sa panosse à sa fenêtre pour montrer son soutien est aussi considéré comme un acte solidaire.


Hommes pas exclus

Et les hommes, dans tout ça ? Seront-ils exclus ? Selon le collectif, non. Les hommes solidaires pourront participer en assumant des tâches traditionnellement dévolues aux femmes comme s’occuper du ménage et de la garde des enfants, apporter une aide logistique tout comme assumer le travail des collègues féminines sur le lieu de travail. Malgré les polémiques soulevées, le but de la grève des femmes n’est pas d’empêcher les hommes d’y participer. Plus encore, selon le collectif, les faire participer à cette journée de façon solidaire permet à tout un chacun de prendre part au mouvement. /jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus