La vaine bataille du magasin bio en gare de Neuchâtel

Après deux ans de lutte, le gérant de l’Organic’ a décidé de ne plus ouvrir son commerce le ...
La vaine bataille du magasin bio en gare de Neuchâtel

Après deux ans de lutte, le gérant de L’Organic’ a décidé de ne plus ouvrir son commerce le dimanche faute d’autorisation pour être considéré dans le périmètre de la gare

Le magasin bio L'Organic à quelques mètres de la gare de Neuchâtel restera désormais fermé le dimanche. Le magasin bio L'Organic à quelques mètres de la gare de Neuchâtel restera désormais fermé le dimanche.

« Ma résistance civile est épuisée ». Paroles d’Ahmad El-Hout, le patron du magasin bio L’Organic’ en gare de Neuchâtel. Il a décidé de ne plus ouvrir son enseigne le dimanche depuis début mai. Durant deux ans, il a tenté, en vain, de faire reconnaître son magasin comme étant situé dans le périmètre de la gare. Ce refus implique qu’Ahmad El-Hout n’a pas le droit d’employer du personnel le dimanche, c’était donc lui-même qui travaillait ce jour-là. Mais la fatigue a pris le dessus et cela n’était plus viable pour lui.

Pour le patron des lieux, cette situation est injuste. « Je réclame une égalité de traitement avec la Coop située en face. J’ai fourni une statistique qui démontre clairement une corrélation directe entre les voyageurs CFF et ma clientèle dans le but d’être considéré comme une entreprise de services accessoire aux voyageurs et obtenir cette autorisation. Par la suite, j’ai tenté de faire passer mon magasin en « kiosque » en vendant du tabac et des revues de presse, en plus des en-cas, ce que les établissements du genre situés en gare ont le droit de faire pour bénéficier d’heures d’ouverture étendues. Mais je ne fournissais pas suffisamment de presse people ».

Dans une lettre adressée à ses clients, Ahmad El-Hout déplore la rigidité de l’administration qu’il juge « plus soucieuse d’appliquer des règles et des lois sans réflexion, que de s’engager pour la qualité de vie de ses citoyens en soutenant une démarche éco-active ».

Avec les restrictions des heures d’ouverture le samedi (comme le stipule la loi, le magasin doit fermer à 18h au lieu de 19h comme pratiqué jusqu’ici) et la décision de fermer le dimanche, Ahmad El-Hout précise que son chiffre d’affaires affiche une baisse de 18% le week-end. Il doit, du coup, se résoudre à supprimer un poste de travail à 50%.

Même abattu, Ahmad El-Hout espère toutefois qu’une solution puisse encore être trouvée à l’avenir. /jpp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus