Référendum de l’UDF : des Neuchâtelois ont été pris au piège

La récolte de signatures pour le référendum contre la révision de la norme antiraciste provoque ...
Référendum de l’UDF : des Neuchâtelois ont été pris au piège

La récolte de signatures pour le référendum contre la révision de la norme antiraciste provoque une multitude de réactions. Des citoyens neuchâtelois dénoncent des pratiques frauduleuses

La récolte s'est tenue au centre-ville de Neuchâtel. La récolte s'est tenue au centre-ville de Neuchâtel.

La pratique est pour le moins douteuse : L’UDF est soupçonnée d’avoir récolté de manière frauduleuse des signatures pour lancer un référendum contre la révision de la norme antiraciste qui pénalise l'homophobie.

Certains Neuchâtelois affirment avoir été induits en erreur. Ils avouent avoir signés le référendum par mégarde un samedi de mars dans les rues de Neuchâtel : alors qu’on leur a proposé de parapher une initiative contre l’homophobie, ils ont signé à leur insu le référendum de l’UDF, dont l’intitulé était soigneusement dissimulé.

Témoignage d'une citoyenne neuchâteloise :

La méthode de récolte des signatures a en tous cas été vertement critiquée par le conseiller national Mathias Reynard (PS/VS). L’élu a lui-même été appelé à signer le référendum. Cela lui a également été présenté comme une récolte de signatures pour « lutter contre l'homophobie dans l'armée ». C’est ce que montre une vidéo qu'il a publiée sur les réseaux sociaux.

Or, l’élu valaisan est l’auteur d’une modification du code pénal adoptée par le parlement afin d’interdire l'homophobie au même titre que le racisme ou l'antisémitisme.

L'UDF se défend d’avoir usé de méthodes douteuses pour récolter les signatures. Le parti estime avoir récolté 62'000 paraphes sur les 50'000 nécessaires pour faire aboutir le référendum. Les signatures sont en cours de vérification. Reste que, le 16 mars, l’UDF n’avait collecté que 25'000 signatures, selon un article du quotidien 24 Heures publié lundi.

Mathias Reynard et d’autres citoyens souhaitent défendre les Suisses qui estiment avoir été floués par l’UDF lors de la récolte de signatures. Ils mettent à disposition une lettre type à adresser aux administrations communales et à la chancellerie fédérale. /aju-ats


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus