RELX quittera Neuchâtel

La multinationale RELX, fournisseur de contenus scientifiques et d’analyses, va mettre fin ...
RELX quittera Neuchâtel

La multinationale RELX, fournisseur de contenus scientifiques et d’analyses, va mettre fin à ses activités à Neuchâtel d’ici deux ans. Vingt-cinq emplois seront supprimés

La multinationale prévoit d'ici deux ans de rapatrier ses activités à Londres. La multinationale prévoit d'ici deux ans de rapatrier ses activités à Londres.

Le Canton de Neuchâtel perd l’un de ses importants contribuables. RELX Group va rapatrier à Londres d’ici deux ans ses activités financières basées en ville de Neuchâtel. Le fournisseur mondial d’informations et d’analyses prévoit de licencier les vingt-cinq collaborateurs du site basé à l’Espace de l’Europe sur le plateau de la gare.

Les employés en ont été informés lors d’une séance mercredi dernier. Le porte-parole de l’entreprise confirme la nouvelle et précise que les personnes touchées bénéficieront de compensations financières et de soutien. Selon ce dernier, les dispositions légales seront dûment suivies.

La multinationale poursuit ainsi sa restructuration entamée depuis plusieurs années. Le groupe avait déjà relocalisé l’année dernière l’une de ses filiales à Londres, entraînant la suppression de quinze postes à Neuchâtel.

RELX emploie 25 personnes sur son site de l'Espace de l'Europe, sur le plateau de la gare de Neuchâtel. RELX emploie 25 personnes sur son site de l'Espace de l'Europe, sur le plateau de la gare de Neuchâtel.

Contacté ce lundi, le conseiller d’Etat Jean-Nath Karakash confirme l’ouverture d’une procédure de consultation. Le chef du Département neuchâtelois de l’Economie n’a pas souhaité commenter cette annonce pour ne pas influer sur le processus en cours. Toutefois, il ne se dit pas surpris par cette nouvelle restructuration, au vu du contexte lié au Brexit.

De son côté, le conseiller communal en Ville de Neuchâtel Fabio Bongiovanni accueille cette annonce comme une très mauvaise nouvelle. L’élu déplore la perte de 25 emplois et reconnaît qu’il s’agit d’un contributeur fiscal important. Sans connaître les raisons précises du départ de RELX, Fabio Bongiovanni estime que cette nouvelle est une « remise en question de la présence de sociétés internationales » sur notre territoire. Il en profite pour souligner l’importance de la prochaine réforme fiscale des entreprises, en votation le 19 mai : « une telle annonce doit nous inciter à doter la Suisse d’un cadre fiscal compatible avec les normes européennes. » Pour celui qui a participé à la prise de position de l’Union des Villes suisses en faveur de cette réforme, « le projet soumis au peuple est un bon compromis car il préserve les intérêts des entreprises et des communes. » /gwe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus