Claudine Roulet a rempli sa dernière page

L’écrivaine Claudine Roulet est décédée mardi à l’âge de 85 ans. Elle était établie dans le ...
Claudine Roulet a rempli sa dernière page

L’écrivaine Claudine Roulet est décédée mardi à l’âge de 85 ans. Elle était établie dans le Jura bernois depuis le milieu des années 1970 et laisse notamment six romans derrière elle

Claudine Roulet laisse derrière elle une oeuvre composée de six romans et diverses nouvelles. (Photo: Soirées littéraires biennoises) Claudine Roulet laisse derrière elle une oeuvre composée de six romans et diverses nouvelles. (Photo: Soirées littéraires biennoises)

Claudine Roulet n’est plus. L’écrivaine originaire de la Sagne et établie dans le Jura bernois est décédée mardi à l’âge de 85 ans. Elle laisse derrière elle six romans et diverses contributions et ouvrages collectifs.

Claudine Roulet n’est plus. L’écrivaine originaire de la Sagne et établie dans le Jura bernois est décédée mardi à l’âge de 85 ans. Elle laisse derrière elle six romans et diverses contributions et ouvrages collectifs.

Une vie riche

Claudine Roulet voit le jour en 1934 à Lausanne. Son parcours la mène vers l’enseignement, mais son mariage avec un étudiant en médecine en 1959 va lui faire découvrir le monde. En 1965, la famille Roulet qui s’est agrandie de trois enfants prend la route en 2CV, direction le Portugal. Claudine y apprend la langue, son mari Jean-Daniel la médecine tropicale. Après quinze mois, changement de décor pour le Mozambique. De cette période, Claudine Roulet retient ses rencontres avec les femmes du pays, elles qui selon ses propres mots lui ont appris à VIVRE. Dix ans et deux enfants plus tard, la famille Roulet revient en Suisse et pose ses valises à Reconvilier.

Des ateliers à l’écriture de romans

C’est un drame qui va mener Claudine Roulet à l’écriture. Devenue incapable de rédiger une simple lettre après le décès de son fils aîné dans un accident en 1980, elle décide de participer à des ateliers d’écritures. À partir de là, un premier roman sort de son esprit, et la machine est lancée. De ses voyages et ses rencontres, elle tirera sa Petite chronique Mozambicaine. Dans Le Samovar, elle décrit la vie d’une jeune institutrice dans un village du Nord Vaudois, dans Éthiopie au cœur, elle livre le portrait croisé de deux femmes au destin marqué par la guerre. Des histoires profondément humaines, parfois autobiographiques, qui retiennent l’attention, à l’instar de son troisième roman, Rien que des écailles, qui décroche le prix Dentan en 1997. Des histoires que Claudine Roulet laisse aujourd’hui en héritage. /ast


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus