La mythologie grecque explorée par Dürrenmatt et Kokoschka

Les liens entre les deux écrivains et artistes peintres sont au cœur de la nouvelle exposition ...
La mythologie grecque explorée par Dürrenmatt et Kokoschka

Les liens entre les deux écrivains et artistes peintres sont au cœur de la nouvelle exposition du Centre Dürrenmatt à Neuchâtel

Oskar Kokoschka, « L’indécis », dessin préparatoire pour le triptyque « Les Thermopyles », 1953, crayon graphite et crayons de couleur sur Papier, 27.3 × 37.8 cm, Kunsthalle d’Hambourg. © Fondation Oskar Kokoschka, Vevey / 2018, ProLitteris. Oskar Kokoschka, « L’indécis », dessin préparatoire pour le triptyque « Les Thermopyles », 1953, crayon graphite et crayons de couleur sur Papier, 27.3 × 37.8 cm, Kunsthalle d’Hambourg. © Fondation Oskar Kokoschka, Vevey / 2018, ProLitteris.

Le Centre Dürrenmatt à Neuchâtel fait dialoguer les œuvres d’Oskar Kokoschka et de Friedrich Dürrenmatt. L’exposition intitulée Kokoschka-Dürrenmatt  : le mythe comme parabole se penche sur l’appropriation des mythes antiques par les deux auteurs pour parler de leur époque à travers une centaine de peintures. Les deux hommes se sont rencontrés en 1960. À cette période, en pleine guerre froide, Friedrich Dürrenmatt dédie un poème à Oskar Kokoschka dans lequel il défend un art centré sur la figure humaine plutôt qu’abstrait en faisant l’éloge de son tableau «  Les Thermopyles  ». Au-delà d’une différence de vues sur ce point, les deux artistes se sont en effet emparés de cette bataille antique entre Grecs et Perses. Kokoschka s’en sert comme parabole visant à appeler à une union des forces en Europe de l’Ouest durant la guerre froide.Les deux auteurs puiseront dans la mythologie grecque pour s’en inspirer, ainsi que pour se la réapproprier afin de décrypter et d’évoquer leur propre époque.L’exposition du Centre Dürrenmatt est à découvrir jusqu’au 31  mars prochain dans le vallon de l’Ermitage.  /comm-aju


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus