Un livre pour les cent ans de la grève générale

Du 12 au 14 novembre 1918, la Suisse a connu un mouvement social sans précédent, impliquant ...
Un livre pour les cent ans de la grève générale

Du 12 au 14 novembre 1918, la Suisse a connu un mouvement social sans précédent, impliquant 250'000 travailleurs

A l'heure des revendications des maçons à La Chaux-de-Fonds, cet ouvrage revient sur un pan important de l'histoire ouvrière. A l'heure des revendications des maçons à La Chaux-de-Fonds, cet ouvrage revient sur un pan important de l'histoire ouvrière.

Un mouvement social de trois jours, 250'000 travailleurs mobilisés et trois morts. La grève générale de 1918 en Suisse a marqué un tournant. Un siècle plus tard, son histoire et ses répercussions font l’objet d’un livre qui vient de paraître aux éditions Livreo-Alphil. Les deux auteurs principaux sont l’ancien conseiller national et syndicaliste jurassien Jean-Claude Rennwald et l’historien Adrian Zimmermann.


Des causes multiples 

La grève générale, qui a eu lieu du 12 au 14 novembre, a deux causes principales. La Suisse a souffert de la Première Guerre mondiale, même si elle n’a pas pris part au conflit. Et l’intervention de l’armée pour réprimer certains mouvements sectoriels a été très mal accueillie. Cette grève a été suivie de manière disparate à travers le pays : le mouvement a surtout rencontré du succès en Suisse alémanique, dans l’Arc jurassien, à Lausanne et à Genève. Trois jeunes horlogers ont trouvé la mort sous les balles de l’armée suisse à Granges. La fin du conflit a été décidée par peur d’une guerre civile.


Neuf revendications 

Les grévistes avaient neuf revendications, parmi lesquelles le renouvellement du Conseil national selon le système de la représentation proportionnelle qui sera réalisé dès l’automne 1919. La réduction du temps de travail de 59h à 48h dans l’industrie et les transports publics a été rapidement acceptée. D’autres revendications ont mis plus de temps à être concrétisées, comme l’introduction d’une assurance-vieillesse et le droit de vote et d’éligibilité des femmes.

La grève générale de 1918 a donc marqué un tournant décisif pour la construction d’une Suisse sociale et moderne. Une conférence-débat sur ce thème est organisée jeudi 1er novembre au café du Soleil à Saignelégier. /msa


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus