Le RC La Chaux-de-Fonds victime de vandalisme et de menaces

Les bancs du terrain des Arêtes ont été victimes de vandalisme. Des menaces à l’encontre du ...
Le RC La Chaux-de-Fonds victime de vandalisme et de menaces

Les bancs du terrain des Arêtes ont été victimes de vandalisme. Des menaces à l’encontre du club de rugby de la Métropole horlogère y ont été inscrites à la peinture blanche. La Ville et le club ont porté plainte

L'inscription est faite à la peinture blanche. L'inscription est faite à la peinture blanche.

Le centre sportif des Arêtes a tout d’un endroit paisible à deux pas de la campagne, mais il n’échappe pas au vandalisme. Une phrase à la peinture est apparue sur les deux bancs de joueurs du terrain chaux-de-fonnier. Elles ont été constatées mardi soir par le président du rugby club La Chaux-de-Fonds Denis Chapatte. Blanc sur brun, elles sont identiques : « Ce terrain est interdit au rugby club, ABE. Sinon, représailles. »

Contacté ce mercredi matin, Denis Chapatte confie avoir été très surpris, par le contenu de ce message. Selon lui, son club n'a pas d'ennemis. Il note que le RCC est établi aux Arêtes depuis 35 ans. Le terrain a été partagé pendant de nombreuses années avec le football club Deportivo, aujourd’hui établi au stade de La Charrière. Désormais, ce sont les Hornets, le club de football américain de la Métropole horlogère, qui foule la même herbe que les rugbymans, « mais avec de très bons rapports » note Denis Chapatte, qui précise que du matériel est même partagé par les deux entités.

Alors, où faut-il trouver les coupables ? Aucune piste n’a pour l’heure abouti et Denis Chapatte peine à y voir clair. Est-ce un habitant du quartier gêné par les nuisances lors des matches ? Quelques fêtards ? Rolf Aeberhard, chef du Service des Sports de La Chaux-de-Fonds note que le terrain des Arêtes n’est pas le seul visé par des petites incivilités, au même titre d’ailleurs que les différents parcs de la Ville le week-end en particulier. Il n’est pas rare de retrouver canettes, mégots sur ces bancs de joueurs installés il y a 6 ans aux Arêtes comme sur d’autres terrains de la Ville. Mais pour Rolf Aeberhard, le contenu du message est d’une autre dimension cette fois-ci, avec le terme « représailles ». Raison pour laquelle la Ville, propriétaire du terrain, et le club ont décidé de déposer plainte, la première pour vandalisme et la seconde pour menaces. Pour justifier sa démarche, Denis Chapatte président du RCC pense avant tout au mouvement junior. « En déposant plainte, je pense avant tout aux nombreux enfants auxquels nous enseignons le rugby et à leurs parents » assure-t-il. /lre


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus