Le projet du tunnel CFF de Gléresse revient à La Neuveville

Le projet du tunnel ferroviaire de Gléresse est ficelé. La version définitive du dossier a ...
Le projet du tunnel CFF de Gléresse revient à La Neuveville

Le projet du tunnel ferroviaire de Gléresse est ficelé. La version définitive du dossier a été présentée mercredi soir au Conseil général de La Neuveville. La mise à l'enquête publique est prévue pour le début d'année

Le législatif de La Neuveville se penche à nouveau sur le projet CFF du tunnel de Gléresse. Les membres du Conseil général se sont vus proposer une nouvelle présentation du dossier mercredi soir pour leur troisième séance de l'année. Il y a un an déjà, les élus avaient pu se familiariser avec l'avant-projet. Philippe Cornaz, chef de projet pour la construction de ce tunnel ferroviaire, était de retour à la salle des Epancheurs pour dévoiler, cette fois, la version définitive. Il a profité de ces retrouvailles pour détailler les changements apparus depuis la première copie du projet. 

 

La longueur du tronçon qui sera en travaux a notamment été rallongée de plusieurs kilomètres pour permettre la mise en conformité des installations ferroviaires à La Neuveville et à Douanne, a expliqué Philippe Cornaz. La longueur du tube reste, elle, inchangée à 2,1 km et le budget de 406 millions évoqué au début du projet, s'avère, lui aussi, toujours d'actualité. 

 

Un point du dossier a, par contre, évolué d'une manière qui ne plait guère aux autorités neuvevilloises. Autant l'exécutif que le législatif ont déploré mercredi soir l'abandon d'un service de bus pour Chavannes et l'Est de La Neuveville suite à la suppression annoncée de la gare de Gléresse. Ce point n'est pas du ressort des CFF mais de la CRT- Conférence régionale des transports Jura bernois- Bienne-Seeland - qui aura donc la tâche de gérer les remarques mécontentes à ce sujet. Le maire de La Neuveville, Roland Matti, a annoncé qu'il comptait bien mettre ce dossier sur la table de la CRT dès le début d'année lorsque que le projet sera mis à l'enquête publique. 

 

Lors de sa séance, le législatif a également accepté à l'unanimité la création au 1er janvier 2019 d'un poste d'assistant/e social/e à 50% et d'un poste d'apprenti/e dans ce même domaine à 50% aussi. Enfin, les élus du Conseil général ont approuvé de justesse (11 voix contre 10) une motion qui demandait que les passagers du Noctambus soient déposés à un seul endroit, à savoir devant la Poste. /nme

 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus