Sécheresse : le canton de Neuchâtel surveille ses réserves d’eau potable

Les réserves d’eau baissent dans certaines communes de la région en raison de la faible quantité ...
Sécheresse : le canton de Neuchâtel surveille ses réserves d’eau potable

Les réserves d’eau baissent dans certaines communes de la région en raison de la faible quantité de précipitations tombée ces derniers mois. La situation n’est toutefois pas dramatique grâce notamment à une bonne connexion du réseau avec le lac de Neuchâtel

Il y a des images fortes, celles du lac des Brenets et du Saut-du-Doubs à sec, qui résument la situation météorologique actuelle qui prévaut dans le canton de Neuchâtel. La région fait face à un déficit de précipitations très inhabituel qui a des conséquences sur l’approvisionnement des réserves et sources d’eau potable.


Selon Frédéric Glassey de MeteoNews, chiffres à l’appui, il est tombé un peu plus de 25 milimètres de pluie pendant le mois de septembre à La Brévine, alors que la moyenne des autres années approche 100 milimètres pour la Sibérie de la Suisse. Plus particulièrement, c’est la durée de la sécheresse qui s’étend depuis le début de l’été qui est préoccupante.

Les communes aux aguets

Même si des restrictions d’eau ne sont pas encore au programme, les communes ne restent pas les bras croisés. Celle des Ponts-de-Martel demande par exemple à la population d’économiser l’eau. « Une seule des trois sources située au lieu-dit « Les Combes-Derniers » alimente encore le village à hauteur de 10% de la consommation d’eau totale des habitants », illustre le président de la commune Simon Kammer.

Entretien avec le président des Ponts-de-Martel, Simon Kammer:

Fort heureusement, Les Ponts-de-Martel et une grande partie des communes du canton peuvent compter sur une très bonne connexion de leurs réseaux d’eau avec l’Areuse ou avec le lac de Neuchâtel. Une infrastructure qui permet d’envisager l’avenir avec sérénité selon Yves Lehmann, le chef du Service cantonal de l’énergie et de l’environnement. Revers de la médaille, les coûts pourraient prendre l’ascenseur si cette situation devait perdurer.


Du côté des différents responsables, on ne s’affole donc pas encore de cette sécheresse. L’inquiétude pourrait grandir si un hiver sec et froid venait à succéder à un automne avec peu de précipitations. La pluie n’est pas attendue avant le début de la semaine prochaine selon MeteoNews. /lre


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus