Le prix de l'essence sur la pente ascendante

Le prix de l’essence est à la hausse depuis cet été, et risque encore de s’élever. Explications avec l’économiste Yann Rufer

pompe à essence Le prix de l'essence est à la hausse dans la région (image : archives)

Qu’est-ce qui fait augmenter le prix de l’essence ? Yann Rufer, économiste d’entreprise au sein de la Banque Cantonale du Jura, a expliqué à notre rédaction les facteurs responsables de cette hausse.

Ce que le client paie à la pompe est composé d’une part fixe et d’une part variable. Le fixe, ce sont les taxes gouvernementales. En Suisse, elles s’élèvent actuellement à 73 centimes par litre.

 

Influence géopolitique

Mais en ce moment, c’est notamment le prix du baril de pétrole qui a une influence sur la hausse des prix. Il est lui-même lié à la situation géopolitique mondiale : les conflits en Iran ou au Venezuela font augmenter la valeur de l’or noir. Les prix et la quantité produite sont également contrôlés par l’OPEP, un syndicat de pays producteurs.

Autre élément elevé par Yann Rufer : la politique de Donald Trump, qui puise dans les réserves de pétrole pour éviter une hausse des prix de l’essence avant les prochaines élections. Les producteurs anticipent donc déjà qu’il faudra un jour reconstituer ces réserves.

Le climat contribue également à cette augmentation : en raison de la sécheresse, le niveau du Rhin a fortement baissé, ce qui rend notamment le transport par bateau plus difficile et coûteux. Les prix de l’essence s’en ressentent particulièrement dans la région.

Ils pourraient continuer à grimper au long des prochains mois, selon la situation géopolitique et climatique. Selon Yann Rufer, le litre d’essence risque d’atteindre 1.80frs, voire 1.90frs avant de se stabiliser.

 

Le mazout touché aussi

Concernant le mazout, ces prix ne semblent pas encore dissuasifs pour les consommateurs. Pierre-Yves Braun, directeur de l’entreprise Hertzeisen Combustibles, constate que ses clients continuent à commander du pétrole. Un changement de système de chauffage serait coûteux : il ne deviendra rentable que si les prix restent élevés pendant au moins trois à quatre ans. /nbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus