Le cormoran a ses défenseurs

Selon François Turrian, directeur romand de BirdLife, l’oiseau pêcheur n’est qu’un facteur ...
Le cormoran a ses défenseurs

Selon François Turrian, directeur romand de BirdLife, l’oiseau pêcheur n’est qu’un facteur parmi tant d’autres de la diminution des poissons dans les lacs

Un cormoran mange environ 500g de poisson par jour. Un cormoran mange environ 500g de poisson par jour.

« Vouloir faire porter le chapeau à un oiseau pêcheur n’est pas la meilleure ligne de défense pour les pêcheurs professionnels ». François Turrian est catégorique, le cormoran ne peut être tenu pour seul responsable de la diminution des captures de poissons dans le lac de Neuchâtel. Le directeur romand de BirdLife Suisse a réagi ainsi aux propos de Didier Magnin. Il affirme que le volatile n’est qu’un facteur parmi tant d’autres pouvant influencer la population des poissons dans le lac. Il cite également le facteur climatique ou, simplement, « des poissons qui mangent aussi des poissons ».

Il ajoute que si les statistiques de pêche montrent une diminution du nombre de pêcheurs professionnels, elles indiquent aussi un nombre très important de captures, notamment entre 2012 et 2016 :

À la demande des pêcheurs qui réclament une intervention cantonale, François Turrian répond que le lac est un écosystème complexe qui se régule très bien tout seul, sans besoin d’une intervention humaine :

En conclusion, le directeur romand de BirdLife estime que « l’évolution de la population de cormorans reflète simplement qu’il y a beaucoup de poissons dans nos lacs ».

Il anime à rester attentif à la qualité des eaux des lacs et des rivières, à améliorer les habitats des poissons en créant notamment des zones de frayère. Des mesures importantes sur lesquelles, selon lui, les organisations de protection de la nature et les pêcheurs peuvent être d’accord. /dsa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus