Acquittement pour un homme accusé de tentative de meurtre

Le prévenu était accusé d’avoir asséné un coup de couteau à un autre homme en gare de Marin ...
Acquittement pour un homme accusé de tentative de meurtre

Le prévenu était accusé d’avoir asséné un coup de couteau à un autre homme en gare de Marin. Le Ministère public a requis 3 ans et demi de prison ferme. Mais le tribunal a estimé qu’il manquait des éléments pour établir la culpabilité de l'accusé.

L'audience s'est tenue ce jeudi devant le tribunal criminel à Neuchâtel. (photo: archives) L'audience s'est tenue ce jeudi devant le tribunal criminel à Neuchâtel. (photo: archives)

Le tribunal criminel à Neuchâtel a prononcé ce jeudi l’acquittement dans une affaire de coup de couteau. Un homme était accusé d’avoir agressé un autre homme en gare de Marin-Epagnier en janvier 2016. La cour a suivi les éléments plaidés par l’avocat de la défense. Le Ministère public a annoncé à l'issue de l'audience qu'il ferait appel du jugement.

Dans son réquisitoire, le procureur avait pourtant auparavant proposé une peine de trois ans et demi de prison. À ses yeux, les déclarations du prévenu au long de l'enquête et encore lors de l’audience de ce mardi étaient contradictoires. Le Ministère public a aussi qualifié de « perfide » le coup de couteau donné dans le dos de la victime, tout en précisant qu’il a été assené à proximité d’organes vitaux, ce qui aurait pu donner la mort sans hospitalisation urgente. Enfin, le procureur s’est aussi arrêté sur le casier judiciaire du prévenu, qui contient des condamnations multiples en Suisse comme en France. 

Des arguments qui n’ont pas résonné aux oreilles du tribunal. Pour le comprendre, le président est revenu sur les faits. Vidéosurveillance du train à l’appui, les deux hommes ont certes échangé des mots à bord du convoi avant de descendre sur le quai, mais la suite des faits n’est pas claire. Selon la cour, l’unique élément à charge du prévenu est la proximité temporelle entre l’arrivée du train et deux appels téléphoniques passés par la victime à deux de ses proches dans lequel il appelait au secours. Mais il n'y a pas de preuve qui permet de retenir à coup sûr la tentative de meurtre.

Pour le reste, plusieurs éléments viennent brouiller la culpabilité du prévenu. Premièrement, les déclarations du plaignant ont fortement varié au long de l’enquête. De même, le prévenu n’a pas eu de comportements coupables ou suspects après cette soirée de janvier et n’a pas changé son mode de vie. La cour ne peut donc pas se satisfaire de probabilités pour annoncer un jugement et éprouve un doute insurmontable qui profite au prévenu et prononce donc l’acquittement. Une indemnité pour tort moral de 16'280 francs lui sera par ailleurs versée, relative aux jours passés en détention provisoire. /lre


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus