La Case à Chocs veut promouvoir la scène locale et lutter contre le harcèlement

La Case à Chocs a annoncé son programme pour la fin d’année mardi dernier. Une large part est consacrée à la scène locale, que l’établissement veut soutenir. La salle de concert a aussi rejoint le label « We Can Dance It », qui combat le phénomène du harcèlement dans le monde de la nuit

 La Case à Chocs lance sa saison le samedi 8 septembre. (Crédits : ldd). La Case à Chocs lance sa saison le samedi 8 septembre. (Crédits : ldd).

La Case à Chocs dévoilait son programme pour la fin de l’année mardi dernier. Entre plusieurs têtes d’affiche, une part importante du programme est réservée aux musiciens locaux. La promotion de la scène régionale est une mission que la salle de concert prend à cœur. En plus de permettre à des artistes locaux de se produire entre ses murs, elle veut approfondir son programme de soutien nommé « Les Embrayages ». Xavière Sennac, programmatrice de la Case à Chocs :

Le harcèlement est un fléau qui n’épargne aucun lieu. Conscient de ce problème et avec la volonté de le contrer, plusieurs salles de concert romandes ont mis en place le label « We Can Dance It ». En le rejoignant, les salles s’engagent à mettre en place des actions pour promouvoir des « espaces sûrs et égalitaires ». A Neuchâtel, la Case à Chocs a décidé de rejoindre soutenir la cause et va mettre en place plusieurs actions au sein de ses murs. Diane Rodrigues, chargée des relations publiques de la Case à Chocs :

/tho


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus