Le POP neuchâtelois veut une éducation gratuite jusqu'à 18 ans

Le POP veut inscrire l'obligation de former jusqu'à la majorité dans la Constitution cantonale ...
Le POP neuchâtelois veut une éducation gratuite jusqu'à 18 ans

Le POP veut inscrire l'obligation de former jusqu'à la majorité dans la Constitution cantonale. Un projet de loi est en phase de débat et une initiative populaire est envisagée par les députés

L'idée sera débattue au Parlement. L'idée sera débattue au Parlement.

Le POP neuchâtelois veut imiter le canton de Genève et inscrire dans la Constitution neuchâteloise l'obligation de former jusqu'à l'âge de 18 ans. Les députés du parti au Grand Conseil ont lancé un projet de loi qui sera débattu à la rentrée et envisagent le lancement d'une initiative populaire en parallèle.

"Près d'un quart des habitants des districts de La Chaux-de-Fonds et du Locle n'ont pas de diplôme du secondaire 2, ce qui fait de ces districts, les endroits où les habitants sont le moins formés de Suisse (avec la Broye-Vully)", a expliqué mardi le POP à La Chaux-de-Fonds.

Pour le parti, faire des économies dans la formation professionnelle, comme le prévoit le Conseil d'Etat, est "intolérable". Surtout que, même si des classes ont été fermées dans plusieurs filières, il n'y a pas vraiment "de places d'apprentissage supplémentaires depuis 2012".

Le POP rappelle que "les jeunes peu formés seront plus susceptibles que les autres de se retrouver précarisés à un moment et ou à un autre de leur vie. Cette situation aggrave en outre les inégalités entre le haut et le bas du canton et surtout entre les élèves . Ceux qui ont un réseau et une famille qui peuvent les soutenir activement rencontrent moins de difficultés à trouver une place de formation".

Genève pionnier

Dans le canton de Genève, la formation obligatoire (FO18) a été inscrite dans la Constitution à la suite d'un vote populaire en 2012. Dès cette rentrée, tous les jeunes de 15 à 18 ans établis dans le canton seront en formation.

"C'est une révolution. Nous sommes pionniers en Suisse", a rappelé récemment Anne Emery-Torracinta, la conseillère d'Etat en charge de l'instruction. Pour rappel, FO18 veut notamment mettre l'accent sur les formations pré-qualifiantes. Parmi les nouveautés qu'il introduit: des classes pré-professionnelles, des stages avec des tournus dans différents centres de formation et un programme de formation individualisé.

Chaque année, environ un millier de jeunes dans le canton de Genève interrompent leur formation avant d'obtenir un premier diplôme. Plus de la moitié, 550, sont mineurs.

/ATS


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus