Sous la montagne, la glace

La grotte de Monlési sur les hauteurs du Val-de-Travers contient naturellement plusieurs milliers ...
Sous la montagne, la glace

La grotte de Monlési sur les hauteurs du Val-de-Travers contient naturellement plusieurs milliers de mètres cubes de glace. Un phénomène naturel qui souffre davantage du réchauffement climatique que de la canicule

La glacière du Monlési est accessible mais uniquement avec un équipement et une formation adéquat. Photo : R. Wenger - ISSKA La glacière du Monlési est accessible mais uniquement avec un équipement et une formation adéquat. Photo : R. Wenger - ISSKA

C’est un îlot de fraîcheur au cœur des Montagnes neuchâteloises : la glacière de Monlési sur les hauteurs du Val-de-Travers est une curiosité géologique propre à la chaîne du Jura. Avec un volume de glace d’environ 6000 mètres cubes en été, elle est la plus grande de Suisse.

Les températures caniculaires de ces derniers jours n’ont que peu d’effets sur la glace qui se cache dans la grotte. Toutefois, le site souffre du réchauffement climatique. « On a une fonte progressive de l’accumulation de glace depuis plusieurs années, qui est en partie associée à des hivers plus chauds que les années précédentes et à un réchauffement progressif de la masse calcaire autour du site, » explique Marc Lütscher, géologue à l’Institut suisse de spéléologie et de karstologie à La Chaux-de-Fonds.

Au cours des quinze dernières années, la glacière de Monlési a perdu 5 à 10% de sa masse. Si elle est probablement condamnée à disparaître, la fonte complète prendra plusieurs dizaines d’années au rythme actuel.

Au début du 20e siècle, une cinquantaine de glacières étaient connues le long de la crête du Jura. Il en reste une vingtaine aujourd’hui. /mwi

Une glacière, késako ? Les explications de Marc Lütscher


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus