Il rame, encore et toujours, Jean-Philippe Patthey

D’ici une petite semaine, pour autant que la météo le permette, Jean-Philippe Patthey aura ...
Il rame, encore et toujours, Jean-Philippe Patthey

D’ici une petite semaine, pour autant que la météo le permette, Jean-Philippe Patthey aura bouclé son périple de 3'200 km. À bord de son kayak, le Brévinier descend depuis fin juin la rivière Yukon, de sa source au Canada à la mer de Béring en Alaska

Le Brévinier Jean-Philippe Patthey navigue en Alaska, quelque part entre Kaltag et Grayling. D'ici une petite semaine, il pourrait atteindre son objectif, la mer de Béring. (J.-P. Patthey) Le Brévinier Jean-Philippe Patthey navigue en Alaska, quelque part entre Kaltag et Grayling. D'ici une petite semaine, il pourrait atteindre son objectif, la mer de Béring. (J.-P. Patthey)

Jean-Philippe Patthey se trouvait jeudi quelque part entre Kaltag et Grayling. Deux villages de 200 âmes qu’on ne peut atteindre que par voie aérienne ou fluviale. Le Brévinier, est parti de Suisse le 17 juin pour rejoindre le Canada. Quelques jours plus tard, il a mis à l’eau son kayak au lac Bennet. Objectif : descendre la rivière Yukon depuis sa source, jusqu’à la mer de Béring. Un périple de 3'200 km.

Jean-Philippe Patthey a bénéficié de son dernier ravitaillement mi-juillet, à Circle, en Alaska. Depuis, faute de route qui longe la rivière, il voyage seul, relié au reste du monde grâce à un téléphone satellite.

Si la météo le permet, Jean-Philippe Patthey devrait atteindre Alakanuk, sa destination finale, d’ici une petite semaine. /cwi

Jean-Philippe Patthey se sent comme un poisson dans l'eau sur la rivière Yukon :


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus