Un kidnapping rocambolesque devant le tribunal criminel de Boudry

Quatre jeunes âgés entre 20 et 26 ans au moment des faits sont notamment accusés de tentative ...
Un kidnapping rocambolesque devant le tribunal criminel de Boudry

Quatre jeunes âgés entre 20 et 26 ans au moment des faits sont notamment accusés de tentative d'extorsion et chantage par brigandage. En novembre 2015, ils avaient menacé deux hommes et exigé une rançon de 3,2 millions de francs avant d'être attrapés par la police

photo d'illustration photo d'illustration

Un kidnapping devant le tribunal criminel de Boudry. Quatre jeunes hommes, fils de notables du canton de Neuchâtel âgés entre 20 et 26 ans au moment des faits, comparaissent depuis mardi matin pour tentative d’extorsion et chantage par brigandage, enlèvement et séquestration aggravé, ou encore usage abusif de plaques d’immatriculation. Ils avaient demandé 3,2 millions de francs avant d’être interceptés par la police. 

C’est un scénario digne d’un très mauvais film policier. Repérages au domicile des victimes, achat de pointeurs lasers et de talkies-walkies, les agresseurs ont préparé leur coup plusieurs mois à l’avance. 

Les faits remontent au mois de novembre 2015. La plus jeune des victimes participe à une soirée universitaire à Neuchâtel. Le jeune homme est alors repéré par ses agresseurs, qui le suivent jusqu’à son domicile de Cortaillod. Encagoulés, ces derniers le saisissent dans le véhicule, tout en lui pointant dessus une arme factice pour le faire monter dans leur voiture. Conduite jusqu’en bordure de forêt à Bevaix, la victime est alors contrainte, avec un sac poubelle sur la tête, d’appeler son père, un notable de la région. Le texte lui est fourni par les agresseurs. Il stipule notamment :« Papa, écoute-moi bien, c‘est très important, des hommes m’ont enlevé et menacent de me tuer »

Dans cette missive, un montant de 3,2 millions de francs est demandé au père afin de laisser la vie sauve à son fils ainsi que plusieurs proches de la famille. Une fois la requête lue, la victime est relâchée avec un sac noir contenant toutes les précisions pour la remise de la rançon, qui doit avoir lieu aux arènes d’Avenches quelques jours plus tard.

Alors que les ravisseurs avaient prévu l’interception du véhicule sur le pont de la Sauge après de nouveaux repérages sur place, l’homme menacé ne va finalement pas quitter son domicile ce soir-là. Les agresseurs ont finalement été interceptés au Pont de Thielle et à Saint-Aubin-Sauges par la police. On connaîtra ces prochains jours les réquisitions du Ministère public à l’encontre des quatre prévenus. Le procès pourrait durer trois jours. /lre

 


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus