Procès des 4 jeunes: le Ministère public requiert le sursis

Le procès de quatre jeunes kidnappeurs s’est ouvert mardi à Boudry. À l’automne 2015, ils avaient ...
Procès des 4 jeunes: le Ministère public requiert le sursis

Le procès des quatre jeunes prévenus de kidnapping s’est ouvert mardi à Boudry. À l’automne 2015, ils auraient exigé une rançon de 3,2 millions de francs à un chef d’entreprise à la retraite en retenant et menaçant son fils.

Quatre jeunes hommes comparaissent depuis mardi devant le Tribunal criminel du Littoral et du Val-de-Travers à Boudry. Ils sont notamment accusés de tentative d’extorsion et chantage par brigandage, d’enlèvement et de séquestration aggravée. Ils auraient exigé une rançon de plus de 3 millions de francs à un chef d'entreprise à la retraite en séquestrant son fils avec des armes factices et un sac sur la tête. Le Ministère public requiert des peines avec sursis.

Alors que les quatre prévenus disent regretter leurs agissements en évoquant une période difficile de leurs vies respectives, le fils du chef d’entreprise, qui avait été emmené de force dans la forêt par les ravisseurs, a confié sa frustration et son énervement après les faits. « Je vis l’horreur depuis trois ans et j’ai le sentiment d’être le laissé-pour-compte. Ils ont tous eu une mauvaise passe et je suis une sorte de médicament à usage unique. Ils m’ont pris, ils m’ont détruit », a-t-il déclaré devant la cour.


Quant à son père, il dit avoir moins souffert physiquement que psychiquement après cette affaire. Ancien patron d’une usine d’horlogerie, il a confié qu’il s’attendait à être braqué un jour ou l’autre mais pas d’une manière aussi vile… « Mes émotions sont toujours très fortes ces derniers jours », a-t-il répondu à la présidente du tribunal.


Dans l’enchaînement, le procureur a livré son réquisitoire en commençant par s’adresser aux quatre prévenus: « Messieurs, vous avez franchement déconné : tout ça pour rien. Au final, vous n’avez pas un franc et vous avez apeuré une famille qui n’avait rien demandé ». Il relève aussi que les faits ne sont pas contestés par les accusés.


Selon le procureur, deux des quatre hommes sont à retenir comme plus impliqués dans l’opération. C’est pour cela que pour les deux premiers prévenus, il requiert une peine de 2 ans avec sursis total de 4 ans, assortie de 140 jours-amende à 30 francs.

Pour les deux autres prévenus, il requiert respectivement une peine de 20 mois avec un sursis de trois ans et 70 jours-amende à 30 francs pour le premier et de 18 mois avec un sursis de 3 ans et 60 jours amende à 30 francs pour le deuxième.


L’audience se poursuit mercredi avec les plaidoiries de la défense. /lre


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus