Peine inchangée pour les cambrioleurs de la bijouterie Robert à Neuchâtel

Les deux hommes avaient fait appel de leur condamnation. Mais la Cour pénale a confirmé lundi ...
Peine inchangée pour les cambrioleurs de la bijouterie Robert à Neuchâtel

Les deux hommes avaient fait appel de leur condamnation. Mais la Cour pénale a confirmé lundi le verdict du mois de février à savoir une peine de 11 mois de prison ferme et l’expulsion du territoire suisse pour 7 ans

Les deux hommes avaient brisé la vitrine de la bijouterie Robert en novembre 2017. Les deux hommes avaient brisé la vitrine de la bijouterie Robert en novembre 2017.

Les cambrioleurs de la bijouterie Robert à Neuchâtel ont vu leur condamnation confirmée lundi après-midi par la Cour pénale. Les deux hommes avaient été condamnés en février dernier par le Tribunal du Littoral et du Val-de-Travers à 11 mois de prison ferme et à 7 ans d’expulsion du territoire suisse. Ils avaient été reconnus coupables de vols, violation de domicile, dommages à la propriété et infractions à la loi sur les stupéfiants. En novembre 2017, les deux individus, sous l’emprise de drogues, avaient brisé la vitrine de la bijouterie Robert et dérobé des montres pour un butin s’élevant à plusieurs dizaines de milliers de francs.


Circonstances particulières pas retenues


Les deux hommes ont donc vu leur appel rejeté par la Cour pénale. Le premier, établi en Suisse depuis 2002 et détenteur d’un permis C, contestait son expulsion vers son pays d’origine, l’île Maurice. La Cour pénale a retenu la gravité des faits, ses antécédents mauvais et, bien qu’il soit établi dans notre pays depuis plus de 15 ans, le peu d’attache qu’il a avec la Suisse, malgré son mariage avec une ressortissante helvétique dont il a divorcé en 2008. Son avocat a bien tenté de mettre en avant les problèmes d’addiction aux drogues et les problèmes de santé de son client. Mais pour la Cour pénale, son traitement peut lui être administré dans son pays d’origine et rien ne permet d’affirmer, aux yeux des juges, qu’un renvoi entraînerait une dégradation de sa santé.


Quant au second individu, lui aussi dépendant aux drogues, son avocat plaidait pour un sursis et le renoncement à l’expulsion, également vers l’île Maurice. Mais la peine de 11 mois de prison ferme a été jugée adéquate voire modérée au vu de son rôle actif dans le cambriolage. Le sursis ne pouvant être accordé notamment au vu du risque de récidive. A cela s’ajoute qu’il séjournait en Suisse de manière illégale depuis deux ans, que ses liens avec notre pays sont faibles et qu’il n’est pas intégré, toujours selon la Cour pénale.


Les deux hommes sont donc maintenus en détention et devront quitter la Suisse une fois leur peine effectuée. /jpp


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus