Affrontements entre supporters aux Mélèzes

Des affrontements entre supporters chaux-de-fonniers et valaisans ont entaché le quatrième ...
Affrontements entre supporters aux Mélèzes

Des affrontements entre supporters chaux-de-fonniers et valaisans ont entaché le quatrième acte de la finale romande de 2e Ligue de hockey sur glace. Le CP Fleurier affrontait Martigny Red Ice aux Mélèzes mardi soir. La police a usé de sprays au poivre à l'extérieur de la patinoire

 Le match a dû être interrompu durant une vingtaine de minutes (photo: archives).

La quatrième rencontre de la finale romande de 2e Ligue de hockey sur glace entre le CP Fleurier et Red Ice Martigny a été entachée de violences entre les ultras valaisans et ceux du HC La Chaux-de-Fonds. Le match s'est tenu mardi soir à la patinoire des Mélèzes à La Chaux-de-Fonds. En effet, en raison de la brocante de Fleurier et du Carnavallon, la patinoire vallonnière n’était pas disponible.

Quelque 1800 spectateurs étaient présents aux Mélèzes, dont 130 Valaisans et une quarantaine d'ultras de Martigny. Le match, remporté par les valaisans, a dû être interrompu durant une vingtaine de minutes dans le troisième tiers-temps. Retour sur les évènements avec Georges-André Lozouet, chargé de communication à la police neuchâteloise :

La police neuchâteloise a appris tardivement la venue d’une quarantaine d’ultras valaisans aux Mélèzes. Elle a donc décidé de mobiliser 25 policiers pour ce match. Les forces de l’ordre sont en effet responsables de la sécurité à l’extérieur de la patinoire. Le CP Fleurier est quant à lui responsable de l'ordre à l’intérieur de la patinoire. Sven Renaud, président du CP Fleurier, nous parle des mesures de sécurité :

Sven Renaud refuse de communiquer le coût des services d'une entreprise de sécurité pour le club.

Aucun blessé, ni du côté des supporters ni du côté des joueurs n'est à déplorer. Seuls quelques dégâts matériels à l’intérieur de la patinoire ont été constatés, notamment dans les toilettes. La police n'a procédé à aucune interpellation mardi soir mais a ouvert plusieurs enquêtes. Georges-André Lozouet explique ce que risquent les fauteurs de troubles :

/mmi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus