Des pins parasols au bord du lac de Neuchâtel

Le bord du lac de Neuchâtel prend des airs méditerranéens. Treize pins parasols ont été plantés ...
Des pins parasols au bord du lac de Neuchâtel

Les changements climatiques poussent la Ville de Neuchâtel à chercher d’autres espèces d’arbres pour végétaliser le territoire communal. Des pins parasols ont ainsi fait leur apparition au bord du lac, à l’heure où une cinquantaine d’arbres sont condamnés à disparaître

Des pins parasols ont été plantés au bord du lac de Neuchâtel, près du port de Serrières Des pins parasols ont été plantés au bord du lac de Neuchâtel, près du port de Serrières. (Photo: Stefano Iori).

Le bord du lac de Neuchâtel prend des airs méditerranéens. Treize pins parasols ont été plantés près du port de Serrières. C’est ainsi une nouvelle essence, plus méridionale, qui prend ses quartiers en Ville de Neuchâtel. L’objectif est d’adapter la végétation aux changements climatiques. Les coups de chaleur font en effet souffrir les espèces indigènes comme l’érable.

Le Service des parcs et promenades procède ainsi à des essais depuis plusieurs années pour cerner quelles sont les essences qui résistent le mieux aux pics de chaleur, entre autres. Le pin parasol en est une. Il faut toutefois veiller  à ne pas introduire des espèces invasives ou qui provoqueraient des allergies, explique Vincent Desprez, le chef du service.

L’apparition de ces nouveaux végétaux vise aussi à compenser la cinquantaine d’arbres qui doivent être abattus cette année, parce qu’ils sont malades ou trop vieux et qu’ils menacent la sécurité des passants ou des bâtiments. Neuf arbres sont par exemple condamnés à disparaître au Jardin botanique et six au Jardin du prince, qui subit depuis plusieurs années les assauts d’un champignon qui attaque les arbres. Un peuplier disparaîtra par ailleurs au port de Neuchâtel. La Ville replante plus d’arbres qu’elle n’en coupe.

Il faut savoir aussi que la végétation qui se trouve sur le territoire communal fait l’objet d’un soin pratiquement quotidien. Les équipes du Service des parcs et promenades enlèvent constamment le bois mort par exemple. Pour éviter qu'une maladie décime une espèce à un endroit, la Ville mise aussi désormais sur une diversification des essences. Des platanes, des aulnes et des ginkos ont ainsi été plantés sur le nouveau parking P+R de Serrières.

À noter encore que la tempête Eleanor a provoqué peu de dégâts en Ville de Neuchâtel. /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus