Rétro : en juillet, Neuchâtel découvre les prémices de l’affaire Arni

Le mois de juillet a été marqué par un drame de l’aviation à Colombier et par le début de l’affaire ...
Rétro : en juillet, Neuchâtel découvre les prémices de l’affaire Arni

Le mois de juillet a été marqué par un drame de l’aviation à Colombier et par le début de l’affaire de la LNM

 Photo : archives.

Début juillet, un avion s’est écrasé à proximité de l’aérodrome de Colombier en début d’après-midi. Deux personnes ont trouvé la mort dans le crash. Le biplace avait décollé de La Blécherette à Lausanne.

L’avion a piqué du nez peu après 14h non loin de la plage du Robinson et de ses baigneurs. Un témoin a observé l’accident.

Un autre drame de l’aviation a eu lieu fin août. Un Vaudois de 45 ans et un Fribourgeois de 54 ans perdent la vie dans un accident d’ULM sur le site du Soliat au Creux-du-Van. Il ressort de l’enquête que l’appareil a décollé d’un terrain privé dans le canton de Vaud. Ce vol était vraisemblablement illégal puisque ce type d’ULM n’est pas autorisé en Suisse.

 

Affaire Arni

Olivier Arni a-t-il outrepassé ses pouvoirs dans le cadre de l’augmentation de salaire dont aurait bénéficié l’ancien directeur de la Société de navigation sur les lacs de Neuchâtel et de Morat ? C’est la question que se pose le groupe Vert’libéral-PDC du Conseil général de Neuchâtel en juillet. Dans une interpellation, il s’interroge sur le rôle joué par le conseiller communal, également président de la Société de navigation, dans cette affaire.

En septembre, le Ministère public neuchâtelois ouvre une enquête. La réaction du président de l’exécutif, Fabio Bongiovanni.

Le principal intéressé est quant à lui resté silencieux. Olivier Arni n’aura laissé échapper qu’une seule réaction, attrapée au vol, sur l’ouverture de cette enquête.

Cette affaire conduit, fin septembre à la démission de l’élu socialiste. Ne parvenant pas à expliquer son geste, le chef de l’urbanisme a pris sa décision par respect des institutions et dans l’intérêt de la Ville.

À cette annonce, le chef du groupe socialiste au Conseil général de Neuchâtel ne voulait pas parler de soulagement. Jonathan Grétillat.

Quelques jours plus tard, Anne-Françoise Loup, la première des viennent-ensuite sur les listes socialistes lors des élections communal de 2016, accepte son élection. Elle entre en fonction le 1er janvier 2018. /réd


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus