Rétro : Didier Burkhalter tire sa révérence

En juin à Berne, le conseiller fédéral Didier Burkhalter annonçait sa démission. À Neuchâtel ...
Rétro : Didier Burkhalter tire sa révérence

En juin à Berne, le conseiller fédéral Didier Burkhalter annonçait sa démission. À Neuchâtel, la justice donnait raison à l’hôpital de La Providence

 Le conseiller fédéral Didier Burkhalter et son épouse Friedrun Sabine. Photo : archives.

Le mois de juin voit l’hôpital de La Providence obtenir gain de cause devant la justice neuchâteloise. Le Tribunal régional de Neuchâtel estime que le licenciement des 22 grévistes en 2013 était justifié.

Un mouvement de grève a eu lieu entre 2012 et 2013 avant la reprise de l’institution par le groupe Genolier. Le Tribunal a mis les frais de justice à la charge des grévistes, soit un total de 40’000 francs, somme à laquelle il a ajouté une indemnité de 8’000 francs à verser à la Fondation La Providence pour ses frais d’avocats. Les grévistes réclamaient notamment le maintien de la CCT Santé 21. Les précisions de David Sanchez.

Les grévistes ont fait recours et ont été déboutés par le Tribunal cantonal au mois de décembre.

 

Burkhalter démissionne

C’est également en juin que Didier Burkhalter annonce sa démission du Conseil fédéral pour le 31 octobre.

Le Neuchâtelois a pris tout le monde de court en annonçant son départ au président du Conseil National puis à ses collègues. Dans sa lettre de démission, il dit ressentir « le besoin d’écrire prochainement une nouvelle page » dans sa vie. S’il n’a pas précisé ce qu’il envisage pour la suite, il a dit vouloir être moins visible publiquement. Didier Burkhalter.

Si les élus fédéraux, dans leur grande majorité, ont salué l’homme d’État Didier Burkhalter, l’UDC ne cache pas son soulagement à le voir tourner les talons. En particulier dans le dossier européen. Le président de l’UDC, le Bernois Albert Rœsti.

En septembre, Ignazio Cassis succède à Didier Burkhalter. Il est élu au Conseil fédéral au 2e tour de scrutin. Le libéral-radical l’a emporté devant Pierre Maudet et Isabelle Moret. La question de la représentation des italophones a contribué à l’élection du chef du groupe PLR au Parlement. Le nouveau conseiller fédéral, aimerait toutefois parler d’autre chose que de la « question tessinoise ». Ignazio Cassis.

Ignazio Cassis a repris le Département de Didier Burkhalter, à savoir celui des affaires étrangères. /réd


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus