Rétro : avril cauchemardesque pour l’UDC

Le mois d’avril est marqué par la débâcle de l’UDC aux élections cantonales et par l’exclusion ...
Rétro : avril cauchemardesque pour l’UDC

Le mois d’avril est marqué par la débâcle de l’UDC aux élections cantonales et par l’exclusion de Raymond Clottu du parti. Dans un autre domaine, la liberté de la presse sort vainqueur des tribunaux.

Victoire en justice pour Ludovic Rocchi en avril. L’ancien journaliste du Matin, accusé de calomnie et de diffamation est acquitté sur toute la ligne par le Tribunal de police à La Chaux-de-Fonds.

Ludovic Rocchi était accusé, par le biais de trois articles, d’avoir atteint à l’honneur de l’ancien professeur de la Faculté des sciences économiques de l’Université de Neuchâtel, reconnu coupable de plagiat par négligence. Il n’en est rien selon la juge qui a écarté ces accusations.

À ses yeux, le journaliste n’a fait que relayer des faits avérés ou du moins apporter la preuve de la bonne foi dans ses allégations. Cette victoire de Ludovic Rocchi peut être considérée plus largement comme une victoire de la liberté de la presse.

Impressum, le syndicat des journalistes a salué ce verdict.

 

Le Conseil d’État réélu

La population neuchâteloise renouvelle sa confiance au Conseil d’État en avril. Elle a largement plébiscité les cinq ministres sortants. Aucun candidat n’a atteint la majorité absolue, mais les partis ont renoncé à provoquer un 2e tour. Les cinq sortants sont donc réélus. C’est le ministre de la Santé et des Finances, Laurent Kurth, qui affiche le moins bon score parmi les sortants. Les citoyens du Locle et de La Chaux-de-Fonds semblent l’avoir sanctionné pour la politique hospitalière défendue par le gouvernement. Laurent Kurth.

En ce qui concerne le Grand Conseil, la droite perd sa majorité pour une voix. C’est le départ de Xavier Challandes de l’UDC pour les Verts, quelque temps après les élections, qui a fait pencher la balance. Le PLR et les Verts sont les grands gagnants de ce scrutin. Ils grappillent respectivement 8 et 5 sièges. En revanche, l’UDC essuie un sérieux revers : il perd 11 députés pour se retrouver à 9 représentants. Le parti refuse toutefois de parler de déculottée. Le secrétaire politique de l'UDC neuchâteloise, Nils Rosselet Christ.

Nils Rosselet Christ refuse certes de parler de déculottée, il n’empêche qu’Yvan Perrin, président de l’UDC neuchâteloise, démissionne quelques jours après les élections cantonales. En n’ayant pas trouvé d’explication à la débâcle de son parti.

La démission d'Yvan Perrin intervient un peu plus d'une année après son retour en politique. Une année, c'était aussi la durée de son activité en tant que conseiller d'État. Il avait démissionné en juin 2014 pour cause d'épuisement.

 

Les mésaventures de l’UDC

Après la débâcle des élections cantonales, l’UDC exclut Raymond Clottu de ses rangs. Le parti motive sa décision par une cotisation impayée et des propos critiques que l'élu à Berne a formulés à son encontre. Raymond Clottu admet qu’il n’a pas versé sa cotisation. Mais il avait ses raisons.

Raymond Clottu siège toujours à Berne dans le groupe UDC mais en tant qu’indépendant. /réd


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus