La HEP-BEJUNE soigne-t-elle ses comptes sur le dos de ses étudiants ?

Dans une question écrite déposée au Parlement jurassien, le député du groupe Verts et CS-POP ...
La HEP-BEJUNE soigne-t-elle ses comptes sur le dos de ses étudiants ?

Dans une question écrite déposée au Parlement jurassien, le député Verts CS-POP, Rémy Meury, s’interroge sur une mesure du budget 2018, en lien avec la formation par l’emploi en 3e année, qui prévoit une retenue de 15% sur les salaires des étudiants pour les remplacements

 Rémy Meury (photo: archives)

La HEP-BEJUNE améliore-t-elle ses comptes en se sucrant sur le dos des étudiants ? C’est la question écrite déposée au Parlement jurassien par Rémy Meury. Elle concerne la formation par l’emploi en 3e année de la Haute école pédagogique, qui a été mise sur pied pour pallier à la pénurie d’enseignants de niveau primaire dans les trois cantons. Elle permet à des étudiants, qui bénéficient déjà de deux années de formations à la HEP, d’effectuer des remplacements rémunérés, plutôt que des stages non payés. Il est admis que les salaires perçus sont versés dans un pot commun, puis répartis entre tous les étudiants.

Là où le bât blesse, c’est qu’une nouvelle mesure du budget 2018 prévoit une retenue de 15% sur les salaires pour financer les frais administratifs d’organisation à charge de la HEP. En apprenant que les remplacements ont rapporté en 2016 800'000 francs au pot commun, Rémy Meury peine à croire que leur gestion atteint un montant de 120'000 francs. Tout en sachant qu’avec l’organisation de remplacements, celle de stages n’est plus nécessaire. Le député CS-POP Verts n’hésite ainsi pas à parler d’ « exploitation des étudiants par l’institution chargée de les former ».

Rémy Meury demande donc au Gouvernement s’il cautionne ces pratiques financières et s’il entend demander les détails de ces prétendus frais supplémentaires. Il veut également savoir si l’Exécutif est favorable pour accorder davantage de compétences à la Commission interparlementaire de contrôle, qui, pour l’heure, ne fait que prendre connaissance du budget établi par le Comité stratégique de la HEP, avec le seul droit de poser des questions. Selon Rémy Meury, ces éléments risquent bien de venir également sur la table dans les cantons de Berne et de Neuchâtel. /emu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus