Fermeture des policliniques du Locle et du Val-de-Ruz

L’Hôpital neuchâtelois met en place toute une série de mesures d’économies pour assainir ses ...
Fermeture des policliniques du Locle et du Val-de-Ruz

L’Hôpital neuchâtelois met en place toute une série de mesures d’économies pour assainir ses finances. Des emplois sont menacés

 La crèche du site chaux-de-fonnier de l'HNe sera bientôt externalisée.

Après quatre années bouclées sur des comptes déficitaires, l’Hôpital neuchâtelois (HNe) doit prendre des mesures drastiques. Un premier plan d’économies prévoit la fermeture au 1er avril 2018 des policliniques du Val-de-Ruz et du Locle (« très peu fréquentées et n'offrant pas une prise en charge sécuritaire satisfaisante », selon l’HNe), l’externalisation des crèches de La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel ainsi que la suppression du service de liaison.

Ces restrictions touchent environ 60 collaborateurs, qui seront transférés ou replacés, et permettent à l’HNe d’économiser 3,5 millions de francs par an. L’institution a donc proposé une première version du budget 2018 présentant un déficit de 8,5 millions de francs. Mais le Conseil d’Etat a jugé l’effort insuffisant et a demandé à l’HNe de revoir sa copie.

 

Des coupes supplémentaires

Le comité de direction a donc lancé un deuxième plan d’économies, qui implique des restructurations, la fermeture de lits sur tous les sites et des suppressions de postes.  « Les collaborateurs concernés seront replacés dans la mesure du possible, mais aucune garantie ne peut être fournie », affirme l’HNe.

Le programme détaillé de ces nouvelles coupes sera annoncé au premier trimestre de l’an prochain et permettra d’économiser 3 millions de francs supplémentaires. Le budget 2018 de l’HNe présente donc un déficit de 5,5 millions.

 

Moins de recettes

Les responsables de l’institution précisent que les charges sont maîtrisées, mais que les recettes sont en baisse à activité constante. Le déficit 2017 s’annonce plus important que les 6,4 millions de francs prévus au budget.

Cette situation tendue s’explique notamment par une activité opératoire et de réadaptation en deçà des attentes, une diminution des prestations d’intérêt général par le canton, la révision de la structure tarifaire TARMED et la concurrence accrue des structures privées et extra-cantonales.

 

Économiser encore davantage

L’HNe maintient sa volonté d’atteindre l’équilibre financier. Le Conseil d’administration a fixé comme objectif une économie globale de 30 millions de francs sur trois ans.

« Cela passera notamment par le redimensionnement de l'infrastructure hospitalière, aujourd'hui trop importante si l'on tient compte des acteurs privés », conclut l'HNe. Le canton dispose actuellement d'un total de 19 blocs opératoires, 21 avec l'hôpital de Saint-Imier. /mvr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus