Inquiétudes et revendications pour les enseignants neuchâtelois

Le Syndicat des services publics et le Syndicat autonome des enseignants neuchâtelois se sont ...
Inquiétudes et revendications pour les enseignants neuchâtelois

Le Syndicat des services publics et le Syndicat autonome des enseignants neuchâtelois se sont réunis mercredi pour faire le point sur la profession dans le canton. Le SAEN en a profité notamment pour faire voter une résolution sur le respect de la part des autorités envers les enseignants

Le SSP s'est réuni à la Maison du Peuple à La Chaux-de-Fonds Le SSP s'est réuni à la Maison du Peuple à La Chaux-de-Fonds.

Les syndicats d’enseignants tirent le bilan sur l’année écoulée.

Réuni mercredi à La Chaux-de-Fonds, le Syndicat des services publics (SSP) est notamment revenu sur les mesures obtenues à l’issue de la grève des enseignants de l’automne passé. Il a aussi critiqué le manque de place pour les élèves en fin de scolarité. Cet été, pas moins de 42 élèves de moderne se sont vus notifier qu’ils n’avaient pas obtenu de places de préapprentissage à l’ESTER. Une mesure avait dû être prise en catastrophe pour ces élèves.

Cette séance était aussi l’occasion de refaire un bilan sur le système des filières. Globalement, le SSP remarque que le système mis en place il y a deux ans pose des problèmes quant au suivi des élèves. Il y a trop de changements entre les niveaux dans un sens ou dans l’autre et les élèves en pâtissent.

 

Deux résolutions acceptées

À Colombier, le Syndicat autonome des enseignants neuchâtelois a, quant à lui, mis l’accent sur l’équité salariale. Le SAEN attend surtout la prochaine évaluation des fonctions, promise par le Canton, qui devrait rétablir une certaine équité, surtout entre les niveaux de 5e et 8e HarmoS. Lors de la séance, deux résolutions ont aussi été votées. La première, qui concerne le respect, demande moins d’injonctions de la part des sphères dirigeantes dans le travail des enseignants.

Le SAEN déplore que le système actuel ne laisse pas la place à la créativité. La deuxième résolution demande que les multiples outils informatiques différents dévolus aux enseignants soient plus cohérents. Actuellement, les enseignants doivent utiliser une plateforme cantonale, celle du centre où ils travaillent ainsi que d’autres outils comme notamment le programme dédié aux retards. Le syndicat demande que désormais ces systèmes soient unifiés et qu’en cas d’ajout d’un nouveau système, la question de son utilité et sa praticité soit posée.

Le Syndicat autonome des enseignants neuchâtelois va aussi changer de présidence à l’été prochain. Alors que Pierre Graber prend sa retraite, c’est Pierre-Alain Porret qui reprendra le flambeau. /jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus