Les députés vont s’écharper autour de la convention collective Santé 21

Les conditions de travail du domaine de la santé divisent le Grand Conseil neuchâtelois. Un ...
Les députés vont s’écharper autour de la convention collective Santé 21

Droite et gauche vont croiser le fer lundi au Grand Conseil neuchâtelois. Les députés sont en profond désaccord sur la convention collective de travail Santé 21

(photo ldd) (photo ldd).

Les conditions de travail du domaine de la santé divisent le Grand Conseil neuchâtelois. Un affrontement gauche-droite se prépare lundi autour de la convention collective (CCT) Santé 21. Les députés doivent se prononcer sur un projet de loi du groupe libéral-radical qui propose de biffer la mention de la CCT Santé 21 de la législation sur les hôpitaux, le Centre neuchâtelois de psychiatrie, les EMS et NOMAD. Les textes mentionneraient uniquement le principe de convention collective de travail.

La Commission santé, qui a examiné le projet, propose même de préciser que seul le personnel soignant serait concerné par cette CCT « de branche ».

 

Péjoration des conditions de travail

La minorité de gauche de la commission et le gouvernement contestent vivement ces mesures. D’abord, un rapport de l’Institut de hautes études en administration publique (IDHEAP) commandé par le Conseil d’Etat montre que la CCT Santé 21 ne génère pas de surcoûts particuliers. Ensuite, la gauche estime que les professions les plus précaires (techniciens de surface, employés de ménage, cuisiniers…) ne seraient plus protégées, les directeurs pourraient se fixer de très hauts salaires, et la concurrence entre institutions risque de conduire à une péjoration des conditions de travail au lieu de miser sur la qualité des prestations.

Ce sont les Vert’libéraux qui vont jouer les arbitres entre la gauche et la droite. Ils affirment s’opposer aux positions idéologiques et vouloir voter pour les intérêts du canton et des patients, ce qui ne nous indique pas de quel côté ils vont faire pencher la balance…

Les syndicats et la gauche ont déjà menacé de lancer un référendum si le projet de loi du PLR est accepté. /mvr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus