Baisse des rentes en vue pour la fonction publique

L’avenir des retraites se joue prochainement au Grand Conseil pour des milliers d’assurés neuchâtelois ...
Baisse des rentes en vue pour la fonction publique

Le Conseil d’Etat propose d’adapter le système de calcul des rentes de la Caisse de pensions Prevoyance.ne. En jeu, une baisse des prestations pour compenser le faible rendement des marchés financiers et l’augmentation de l’espérance de vie des assurés

Prévoyance.ne Prévoyance.ne

Sans un changement de système, la Caisse de pensions de la fonction publique neuchâteloise, Prévoyance.ne, ne peut plus garantir le maintien de ses prestations aux assurés. La faiblesse des rendements sur les marchés financiers et l’augmentation de la longévité des assurés nécessitent une réforme du système. Une réforme douloureuse mais jugée incontournable sera prochainement débattue au Grand Conseil.

 

Primauté des cotisations et non plus des prestations

Dans un rapport publié la semaine dernière, le Conseil d’Etat propose d’adapter le système de calcul des rentes pour Prevoyance.ne. L’institution gère notamment les retraites de plusieurs milliers d'employés de l’administration cantonale, mais aussi des communes de Neuchâtel et de La Chaux-de-Fonds, ou encore celles du personnel de l’université et de l’Hôpital neuchâtelois. À la clé de cette réforme, une baisse sensible des prestations. Le but est de compenser la faiblesse des rendements des marchés financiers et l’allongement de l’espérance de vie.

La situation est jugée alarmante par le gouvernement: Prévoyance.ne subit chaque année un manque à gagner de 40 millions de francs. Des mesures urgentes s’imposent pour garantir la pérennité de la Caisse de pensions. La solution privilégiée consiste à changer le système de calcul des rentes en fonction des cotisations versées par l’assuré et non plus en fonction du niveau de son salaire. On passerait donc d’un système basé sur la primauté des prestations à un système basé sur la primauté des cotisations. Ainsi, Prévoyance.ne économiserait des centaines de millions de francs. De plus, l’institution choisirait un système déjà adopté par l’écrasante majorité des Caisses de pensions en Suisse.

 

Les associations du personnel dénoncent une réforme inéquitable

Cette réforme entraînera toutefois une baisse de prestations moyenne de 11% pour les assurés malgré des mesures de compensation prévues, notamment pour les assurés actifs entre 45 et 54 ans, pénalisés par ce changement de système. Pour les représentants des associations de personnel, la baisse des rentes envisagée est trop importante pour les employés qui subissent déjà des pressions sur leurs salaires. De leur côté, les employeurs, dont l’Etat, refusent de contribuer davantage, estimant faire déjà tout leur possible. Ils assurent que la réalité du contexte économique n’offre pas d’autres alternatives que cette réforme.

Les débats s’annoncent donc relevés entre gauche et droite au parlement. En effet, aux vues des implications financières de cette réforme pour les finances de l’Etat de Neuchâtel, soit 100 millions de francs, le Grand Conseil devra donner son aval avec une majorité qualifiée, soit les 3/5èmes des 115 députés. /gwe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus