Au risque de passer pour un pisse-vinaigre...

Le gestionnaire de la page Facebook officielle de la ville de La Chaux-de-Fonds s’emporte sur ...
Au risque de passer pour un pisse-vinaigre...

La communication officielle de la ville de La Chaux-de-Fonds sur les réseaux sociaux en question après une publication polémique

La publication officielle de la ville qui a fait réagir dimanche soir La publication officielle de la ville qui a fait réagir dimanche soir

Le gestionnaire de la page Facebook officielle de la ville de La Chaux-de-Fonds s’emporte sur les réseaux sociaux. Dimanche soir, une publication ayant pour but de faire la promotion d’une fresque a pris des airs politiques. Le responsable de la page y fait passer un message en encourageant le oui au Nouvel hôtel judiciaire, appelant à la fierté régionale, n’en déplaise -je cite- aux "pisse-vinaigre ». Ce qui a provoqué de nombreux messages d’internautes outrés.

Le commentaire de Cédric Adrover

« Pisse-vinaigre » : personne morose, revêche, sans humour, esprit chagrin, personne avare. Voici pour la définition qui nous est offerte par le modérateur de la page Facebook officielle de la ville de La Chaux-de-Fonds. Une précision qu’il apporte pour tenter de calmer les esprits. Il ira même jusqu’à remplacer le terme par « défaitiste », non sans laisser le mot original en dessous. Il persiste et signe en répondant aux commentaires de manière puérile : «  ne vous sentez pas visé s’il n’y a pas lieu », « il n’y a que la vérité qui blesse » ou encore « vous n’êtes qu’une bande de révoltés à vous tout seul ».

Au-delà du fond -nous ne débattrons pas ici du NOHJ- cela questionne sur la forme de la communication de la ville. Depuis un moment maintenant, Facebook a remplacé le café du commerce. On y débat parfois sereinement, souvent impulsivement. Les noms d’oiseaux fusent, on voit bien pire que « pisse-vinaigre » d’ailleurs, et les dérapages y sont légion.

On peut concevoir qu’une administration veuille créer le débat sur les réseaux sociaux, mais elle ne peut pas se laisser aller à ces dérives, même si celles-ci se banalisent. Les arguments devraient prévaloir sur la provocation, la discussion prendre le dessus sur la confrontation. En suggérant sur un objet politique qu’il y a les pisse-vinaigre et les autres, on est plus près d’une version romande d’un tweet de Donald Trump que d’un encouragement au débat constructif.

Dans de nombreuses administrations, cela aurait été considéré comme une bévue d’un gestionnaire de page, aussitôt recadré. Dans notre cas, le président du Conseil communal ne l’entend pas de cette oreille. Contacté par nos soins, Théo Huguenin-Elie juge cette affaire insignifiante. Il approuve les orientations stratégiques de son chef de la communication. Quant aux termes utilisés, il ne se montre pas solidaire, mais ne les condamne pas non plus. Il appelle à un peu de hauteur dans le débat. Sur ce dernier point, on ne peut que lui donner raison... si seulement la page Facebook officielle -aussi sous la responsabilité du Conseil communal- était en ligne avec le discours de son président. 

Il n’y a peut-être pas de scandale d’Etat, c’est vrai, mais de là à parler d’insignifiance il y a un pas qu’on ne franchirait pas. La façon dont une ville communique avec ses administrés n’est pas si anecdotique. Si l’exemple de dimanche soir n’est pas une bourde, il s’agit alors du symptôme d’un problème plus profond : celui de la qualité du débat qu’on propose aux citoyens. Il serait opportun que la page Facebook officielle de La Chaux-de-Fonds s’inspire un peu plus de sa situation géographique et fasse effectivement preuve d’un peu de hauteur. Nous l’affirmons au risque de passer à notre tour… pour des pisse-vinaigre ! /cad


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus