Le coût du jardin public de Vieux-Châtel contesté

Le projet de nouveau jardin public dans le quartier de Vieux-Châtel à Neuchâtel attendra. Le ...
Le coût du jardin public de Vieux-Châtel contesté

Le projet de nouveau jardin public dans le quartier de Vieux-Châtel à Neuchâtel attendra. Le Conseil communal a préféré retirer son rapport de l’ordre du jour du prochain Conseil général. Le coût du projet fâche certains élus

 Une image de synthèse du premier projet de réaménagement proposé en 2014.

Le projet de jardin public dans le quartier du Vieux-Châtel a du plomb dans l’aile. Le Conseil communal de Neuchâtel retire le rapport de l’ordre du jour du prochain Conseil général du 4 septembre.

Le projet, estimé à 1,6 million de francs, consiste à réaménager les anciennes serres communales pour créer un nouvel espace vert au centre-ville à deux pas de la gare. Mais la commission financière a donné un préavis négatif avant le passage devant les élus. 

Un projet pas prioritaire pour les élus

Le Parti libéral-radical qui apparaît comme le plus opposé à ce rapport. Son chef de groupe Alexandre Brodard juge que le projet de 2014 était plus raisonnable du point de vue financier, puisqu’il était estimé à 600'000 francs.

Aujourd’hui, ce réaménagement est un million plus cher, pour un projet plus complexe. Dans son rapport la Ville expose son souhait de développer un véritable poumon vert, selon les termes utilisés. Espaces fleuris, potagers urbains,  jeux créatifs, et autres lieux de détente. Mauvaise idée estime la droite, pour qui ce jardin va profiter principalement aux résidants de la coopérative voisine. De plus, les frais d’entretien estimés à 50'000 francs par année sont jugés excessifs.

Mais les réticences se trouvent aussi dans les rangs socialistes, parti du conseiller communal Olivier Arni, où on pointe aussi du doigt un projet cher, compte tenu du contexte financier actuel des collectivités publiques neuchâteloises. Certains ont même qualifié de brumeux le détail de ce crédit de réalisation. "On ne sait pas ce qui coûte cher dans les aménagements" nous a-t-on dit.

Les Jeunes-Rives en ligne de mire

Pour le PLR, la Ville doit revoir à la baisse ce projet, par exemple en internalisant certains travaux de maçonnerie. Les autorités sont aussi appelées à revoir leur priorités en matière de dépenses dans l’urbanisme. Alexandre Brodard évoque par exemple le réaménagement des Jeunes-Rives, comme gros projet qui se profile à l’horizon.

Le conseiller communal Olivier Arni nous a confirmé la volonté des autorités de prendre en compte ces considérations, mais aussi de mieux mettre en évidence certains éléments d’assainissement liés aux anciennes serres de la Ville. Un rapport corrigé sera présenté aux élus lors d'une prochaine séance. /lre


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus