Vers la fin du football corporatif neuchâtelois ?

Le football corporatif neuchâtelois vit peut-être ses dernières saisons. Seulement huit équipes ...
Vers la fin du football corporatif neuchâtelois ?

Le football corporatif neuchâtelois vit peut-être ses dernières saisons. Seulement huit équipes prendront part au prochain championnat

Le football d’entreprise à Neuchâtel est en train de mourir. La saison prochaine, seulement huit équipes prendront part à la compétition. Une compétition qui a un jour réuni 26 formations représentant chacune différentes sociétés et administrations de la région. Selon le président du Groupement de football corporatif de Neuchâtel (GFCN), René Jeanneret, « les principaux motifs avancés par les responsables (…) est la difficulté à motiver leurs joueurs ». Autre coupable, la large palette de sports à disposition de la population. Une diversité qui n’existait pas 30 ans en arrière. « Ça devient difficile parce que les gens ont beaucoup d’activités sportives (…) au lieu d’aller au match de foot, ils préfèrent aller faire de la planche à voile. Un joueur par-ci, un joueur par-là, ils ne sont plus que huit pour jouer. Ce qui finit par décourager les responsables ».

Un concept qui a plus de 70 ans
Le football corporatif est né le 20 juin 1944 au restaurant Strauss à Neuchâtel. Quatre équipes se sont réunies pour créer le GFCN. Il s’agissait de Commune, Suchard, Union Commerciale et Favag. Le but du groupement était de développer le football au sein des entreprises et des administrations. C’était également une manière de maintenir une atmosphère agréable et de créer des liens d’amitié entre les collaborateurs.

Au fil du temps, d’autres équipes sont venues rejoindre le GFCN. Par exemple, la Brunette (puis Philip Morris) et Câbles (puis Nexans)  en 1945. Jura-Mill et Felco en 1948, etc. Ainsi plus d’une centaine de clubs ont vu le jour depuis la création de la GFCN. Mais si certaines entreprises se lançaient volontiers dans l’aventure, d’autres ne faisaient qu’un bref passage d’une ou deux saisons.

De 1981 à 1998, 22 à 26 équipes se sont affrontées réparties dans trois groupes. De 1998 à 2016, il n’y avait plus que 13 à 19 équipes inscrites dans deux groupes. Et la saison passée, dix formations se sont disputées le titre dans un seul groupe. Depuis 2015, des entreprises comme Metalor, Celgene, Nexans et Elexa ont donné leur démission. /dsa

Plus d'informations ici.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus