Gérer l’eau en cas de crise

L'Université de Neuchâtel et le CICR dispense une formation cette fin de semaine à Colombier ...
Gérer l’eau en cas de crise

L'Université de Neuchâtel et le CICR dispense une formation cette fin de semaine à Colombier. Le but est d'apprendre aux participants à organiser le réseau d'eau en cas de catastrophe

Venus de plusieurs continents, les participants ont notamment appris à installer une pompe pour un puits. Venus de plusieurs continents, les participants ont notamment appris à installer une pompe pour un puits.

Alors que les conflits font rage autour de la planète, l’Université de Neuchâtel vient en aide aux ingénieurs. Depuis le début de la semaine, le lac de Neuchâtel et ses environs servent de terrain pour un exercice pratique de gestion de l’eau en cas d’urgence dans un contexte humanitaire. Des ingénieurs venus notamment de Syrie, d’Irak ou du Nigeria participent à cette formation nommée WATSAN (Water and sanitation), à Colombier. Elle est organisée par le Centre d'hydrogéologie et de géothermie de l'université et le CICR.

Cette fin de semaine, les participants construisent notamment un camp à la suite à un déplacement massif de population dont il faut assurer l’approvisionnement en eau potable. Dans les tâches effectuées, il s'agit de trouver l'eau, l'analyser, la pomper, la filtrer pour finalement la rendre propre à la consommation.

La formation existe depuis 1995 et a évolué en fonction des besoins des participants et des conflits mondiaux. Alors qu’au début, WATSAN était plutôt destiné au milieu rural, le problème de l’approvisionnement en eau durant une crise s’est finalement reporté sur le milieu urbain. Elle est donc sujette à changement en fonction du climat géopolitique et des avancées technologiques.  Nouveauté cette année, les participants se sont aussi  familiarisé avec une nouvelle application sur téléphone portable pour mieux planifier les interventions. /jha


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus