Neuchâtel échappe au virus informatique

Le canton n’a pas été touché par l’attaque mondiale. Mais plusieurs institutions de la région ...
Neuchâtel échappe au virus informatique

Le canton n’a pas été touché par l’attaque mondiale. Mais plusieurs institutions de la région ont renforcé leur garde

Une partie du réseau informatique mondial était toujours sous perfusion lundi. Une attaque, qualifiée de « sans précédent » par de nombreux experts, a ébranlé la planète depuis vendredi. Ce sont plus de 200'000 personnes à travers 150 pays qui ont été touchées, mais seulement 200 au niveau suisse.

Dans la région, plusieurs institutions et leurs techniciens ont été sur le pied de guerre durant tout le week-end. Lundi matin, l’Université de Neuchâtel n’avait, par exemple, pas été touchée par le logiciel malveillant. Mais des mesures préventives ont été prises. Fabian Greub, chargé de communication de l’Université de Neuchâtel :

Le son de cloche est le même du côté du CIGES, le service informatique des institutions de la santé du canton de Neuchâtel. Cette entité gère notamment les réseaux de l’Hôpital neuchâtelois et du Centre neuchâtelois de psychiatrie en collaboration avec le service informatique de l’État.

Son directeur souligne qu’un dispositif a été mis en place dès l’annonce du virus par voie de presse vendredi. « Nous avons été attaqués par un virus qui n’était pas connu, donc nous étions en position d’infériorité et n’avons pas pu nous prémunir » relève Olivier Strub. « Dès lors nous avons revérifié l’état de l’ensemble des éléments qui participent à la sécurité » ajoute-t-il.

 

Éviter de tomber dans le piège

La Suisse est encore très laxiste dans sa sécurité informatique. C’est en tout cas l’avis de Michael Farrugio qui gère une entreprise de services informatiques au Val-de-Travers. Selon lui, ce type d’attaques sont difficiles à anticiper, mais il faut aussi améliorer la prévention auprès des entreprises et des particuliers. Il donne quelques pistes :


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus