La photographie neuchâteloise s'expose au Musée d'art et d'histoire

Le Musée d'art et d'histoire a présenté jeudi son exposition "Transitions" sur la photographie ...
La photographie neuchâteloise s'expose au Musée d'art et d'histoire

Le Musée d'art et d'histoire de Neuchâtel a présenté jeudi sa nouvelle exposition. A l'honneur : la photographie neuchâteloise

La Route des Falaises à Neuchâtel, entre 1951 et 1956, de Max Chiffelle. La Route des Falaises à Neuchâtel, entre 1951 et 1956. (photo: Max Chiffelle)

La photographie neuchâteloise prend la pose. Jeudi, le Musée d'art et d'histoire de la Ville de Neuchâtel a présenté sa nouvelle exposition intitulée « Transitions. La photographie dans le canton de Neuchâtel 1840-1970 ». Le parcours proposé met en avant une sélection d'environ 350 images inédites, et parfois même jamais exposées, triées sur le volet, provenant d'une quinzaine d'institutions du canton, ainsi que des principaux centres de la photographie en Suisse. Cette exposition est une rétrospective sur l'histoire de la photographie neuchâteloise, sur ses particularités locales, mais elle n'est pas une exposition sur la vie du canton ont précisé les organisateurs. Différents événements auront lieu tout au long de l'exposition qui sera ouverte au public du 14 mai au 15 octobre 2017.

Un travail de fourmi

Ce projet résulte du dépouillement d'un demi-million de photographies sous formes de tirages et de négatifs qui a permis la découverte de plusieurs perles. Ce dépiautage est le fruit d'un partenariat entre des spécialistes et des institutions de recherches et de conservation. Il a notamment été effectué par une vingtaine d'étudiants en histoire de l'art et muséologie de l'Université de Neuchâtel sur une période de deux ans, qui a permis de créer un premier corpus de plusieurs milliers d'images. 

Une sélection difficile

La sélection finale des clichés s'est faite sur la base de deux critères nous a indiqué Chantal Lafontant Vallotton, codirectrice du Musée d'art et d'histoire. Il s'agissait tout d'abord de choisir les photographies les plus représentatives de l'histoire de la scène neuchâteloise, mettant en avant ses parallèles artistiques et ses particularités. Le deuxième élément était d'ordre subjectif en sélectionnant des « belles images ». /jefa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus