Déchets verts : tous responsables

La valorisation, le traitement et la collecte des déchets verts sont importants. Et dans ces ...
Déchets verts : tous responsables

Le Réseau biodéchets neuchâtelois veut sensibiliser la population pour qu’elle ait les bons réflexes

Quelques exemples de matières indésirables retrouvées au milieu des déchets verts. Quelques exemples de matières indésirables retrouvées au milieu des déchets verts.

La valorisation, le traitement et la collecte des déchets organiques sont importants. Et dans ces domaines, on peut encore s’améliorer. C’est le message que le Réseau biodéchets neuchâtelois (RBN) veut faire passer. Cette association de professionnels née en 2011 veut sensibiliser la population.

Dans le canton, il existe neuf sites de compostage et deux usines de biogaz. Et trois projets sont en cours pour créer d’autres usines de biogaz. Le RBN insiste sur le fait que près de 95% des personnes jouent le jeu en ne laissant que les déchets verts autorisés. Mais quelques autres abandonnent des matières non utiles qui peuvent poser problème. Le plastique sous diverses formes se retrouve souvent au milieu des feuilles, des épluchures et de l'herbe coupée. Il s’agit là de personnes qui ne respectent pas les consignes, de manière volontaire. Il n’est pas rare non plus de trouver des sécateurs ou éplucheurs dans les bennes et containers réservés aux déchets organiques. Ces cas relèvent davantage de l’oubli ou de l'inattention que de la malveillance.

Reste qu’un clou planté sur un morceau de bois jeté dans les déchets verts peut avoir de lourdes conséquences : s’il se retrouve dans le compost qu’un agriculteur répand comme engrais dans un de ses pâturages, une vache peut l’ingérer et développer une infection mortelle. Et les plastiques ou particules de peinture par exemple, sont à terme à l’origine de micropolluants présents dans la terre.

Les membres du RBN en appellent au bon sens de chacun pour que la situation s’améliore encore. Avec 70 kilos par an et par habitant, le canton de Neuchâtel est en dessous de la moyenne suisse en matière de déchets organiques collectés et valorisés. Mais l’altitude, l’ensoleillement et la ruralité sont des facteurs qui expliquent en partie cette différence. Le Réseau biodéchets neuchâtelois espère améliorer la qualité plus que la quantité. /msa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus