Les finances des communes pèsent sur l'accueil des enfants

Le canton de Neuchâtel tire le bilan de ses efforts en matière d'accueil des enfants, avant ...
Les finances des communes pèsent sur l'accueil des enfants

La disponibilité des places d’accueil préscolaire est suffisante dans le canton de Neuchâtel. Un effort doit encore être fourni en termes d’accueil parascolaire

 Le canton est bien servi en structures d'accueil extrascolaire, mais déplore un manque de places d'accueil pour les enfants scolarisés. Le canton de Neuchâtel est bien servi en structures d'accueil extrascolaire, mais déplore un manque de places d'accueil pour les enfants scolarisés.

Le canton de Neuchâtel tire le bilan de ses efforts en matière d'accueil des enfants, avant le sprint final. Si les places d’accueil préscolaire sont suffisantes dans le canton, il n’en est pas de même pour les structures d’accueil parascolaire. Leur développement se voit gêné notamment par les difficultés financières de certaines communes. La Chaux-de-Fonds, par exemple, annonce un manque de 160 places pour l’année 2017-2018. Pourtant, la Ville consacre déjà plus de 3 millions de francs chaque année pour assurer ses structures d'accueil.

La Loi sur l’accueil des enfants (LAE), acceptée le 19 juin 2011 par les Neuchâtelois, a clairement défini une feuille de route. D’ici 2020, près de 2'400 places d’accueil préscolaire doivent être créées, ainsi que 3'000 places d’accueil parascolaire.

Les projections pour 2020 sont malgré tout encourageantes. L’État de Neuchâtel prévoit pour le moment environ 2'300 places d’accueil préscolaire et 2'700 places en parascolaire. Monika Maire-Hefti, la conseillère d’État en charge de l’éducation, reste toutefois prudente. « Il y a évidemment encore de l’eau qui va couler sous les ponts et, notamment avec les difficultés financières des communes, (…) certains projets pourraient être ralentis ».  /dsa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus