Tribunal fédéral : internement confirmé d'un pédophile neuchâtelois

Mon Repos confirme l'internement prononcé à l'encontre d'un pédophile neuchâtelois mais estime ...
Tribunal fédéral : internement confirmé d'un pédophile neuchâtelois

Mon Repos confirme l'internement prononcé à l'encontre d'un pédophile neuchâtelois mais estime que la peine de prison dont il avait écopée doit être revue

 Le Tribunal fédéral à Lausanne.

Le Tribunal fédéral (TF) confirme l'internement d'un pédophile. L'homme avait abusé en 2000 et 2001 de la fille de sa compagne, qui avait dû avorter. Plus d'une dizaine d'années après, il s'en était pris aux petits-enfants de sa compagne et à d'autres enfants.

En mai 2015, le Tribunal criminel du Littoral et du Val-de-Travers l'a notamment reconnu coupable d'actes d'ordre sexuel avec des enfants et de contraintes sexuelles. Il l'a condamné à une peine privative de liberté de six ans et a prononcé une mesure d'internement, avalisées en février 2016 par le Tribunal cantonal neuchâtelois.

En dernière instance, saisi d'un recours du pédophile, le TF confirme l'internement. Celui-ci constitue « la seule mesure susceptible d'écarter le risque de récidive et le danger que représente le recourant ».

 

Peine de prison à revoir

Mon Repos accepte toutefois partiellement le recours du condamné concernant la peine de six ans de prison. Celle-ci devra être revue par le Tribunal cantonal pour tenir compte de la légère diminution de la responsabilité pénale du recourant.

La procédure ouverte contre le pédophile à la suite des premiers abus commis contre la fille de sa compagne avait abouti à un non-lieu en 2002, en raison des rétractations de la victime et des dénégations du pédophile.

Comme le pédophile a fait de nouveaux aveux dans le cadre de la deuxième procédure ouverte contre lui, ceux-ci permettent de le juger également pour les abus commis contre la fille de sa compagne en 2000 et 2001, en dépit du non-lieu intervenu entre-temps, souligne le TF en réponse aux objections faites sur ce point par le condamné. (arrêt 6B_353/2016 du 30 mars 2017) /ATS-mwi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus